François Fillon a déclaré ce vendredi qu'il n'accepterait aucune conclusion de la commission des recours de l'UMP dans le cadre du litige électoral qui l'oppose à Jean-François Copé. L'ancien Premier ministre assure ne faire plus confiance qu'à Alain Juppé dans cette affaire.

Lui et seulement lui. Invité de RTL ce vendredi matin, François Fillon a clairement indiqué qu'il n'accepterait aucune conclusion émanant de la commission des recours de l'UMP. Saisie jeudi par Jean-François Copé suite à la contestation des résultats du scrutin pour la présidence du parti par l'ancien Premier ministre, cette instance interne est chargée de rétablir la vérité et surtout, de déterminer qui des deux candidats a remporté l'élection. Et alors que ses membres doivent se réunir dimanche, le député de Paris s'y oppose formellement. Au micro de la radio, il a en effet annoncé: "Je n'accepterai aucune des conclusions de la commission des recours, les seules que j'accepterai sont celles d'Alain Juppé et de sa commission parce que c'est la seule en qui j'ai confiance". "Ce n'est pas une mafia"Pour justifier cette décision, François Fillon a notamment expliqué "qu'un parti politique, ce n'est pas une mafia, un parti politique ce n'est pas un endroit où on peut étouffer les affaires et refuser de dire la vérité (…) J'entends souvent dire : 'on est une famille et dans une famille, on n'étale pas ses différents' (...) Ça ressemble étrangement à une mafia !". L'ancien Premier ministre a par ailleurs ajouté: "Il faut qu'il soit bien clair que c'est Alain Juppé et l'instance collégiale qu'il va constituer qui est en charge de la totalité de l'examen des points de litige entre Jean-François Copé et moi".

Chargé de présidé une instance collégiale pour mettre un terme aux vives tensions qui agitent actuellement l'UMP, Alain Juppé dispose désormais de quinze jours. Le compte à rebours est lancé.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité