Aujourd'hui, L'Express publie les conséquences de la dérive budgétaire de l'UMP sur les petites structures qui dépendent de sa survie. Si beaucoup de "mouvements associés" se sont vus privés de dotation, le parti d'opposition n'a toujours pas réglé sa dette au Parti Chrétien Démocrate.

L’Express a pu se procurer les comptes de l’UMP et ainsi tirer des conclusions de la gestion comptable calamiteuse du parti. Mais ce n’est pas tant les abus qui sont pointés par l’hebdomadaire mais plutôt ceux qui, en conséquence, ont dû se serrer la ceinture en 2013. Et si le fonctionnement interne du parti n’en pâtit pas trop, les "mouvements associés" dans la nébuleuse de la droite en ont, au sens propre, fait les frais. Le Chêne, groupe d’inspiration gaulliste dirigé par Michèle Alliot Marie s’est par exemple brusquement vu privé de dotation.

Lire aussi : Ces salaires mirobolants des cadres de l’UMP

Pour l'exercice 2012, L’Express nous apprend que ce groupe a touché 60.000 euros de la part de l’UMP alors que l’enveloppe de 2013 n’est tout simplement jamais arrivée. Jean-Pierre Raffarin n’est pas en reste avec son groupe de réflexion, le think tank Dialogue et initiative, qui est passé de 83.000 euros en 2012 à zéro l'année suivante. Si les vivres ont été coupées à ces deux "mouvements associés" ce n’est pas le cas pour tous. Le Rassemblement pour la France (présidé par Christian Vaneste) a réussi à conserver 50.000 euros en 2013 contre 126.000 en 2012, c’est déjà ça.

Publicité
Le mouvement de Christine Boutin est également à la diète. Le parti chrétien-démocrate a dû en 2012 se contenter de 25 000 euros contre plus de 600.000 en 2012. Or, pour ce cas précis, il ne s’agit pas d’un mouvement associé mais d’un parti allié qui s’est retiré de la course à la présidentielle au profit de Nicolas Sarkozy. Selon Christine Boutin, l’UMP n’a pas remboursé en totalité les 800.000 euros que le parti lui devait à ce titre. L’ardoise est aujourd'hui de 120.000 selon l’intéressée qui aujourd’hui ne se fait plus d’illusion quant à la probabilité d’en voir un jour la couleur.

En revanche, pour payer des salaires mirobolants à ses cadres, l’UMP savait faire preuve de générosité.

 

Vidéo sur le même thème : UMP : comptes et règlement de comptes

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité