Le président de la République a annoncé la réunion de tous les parlementaires le lundi 3 juillet pour leur délivrer un discours. Mais le choix de la date et l'évènement en lui-même font grincer des dents dans la classe politique.

Depuis que RTL a révélé (information confirmée par l'Elysée) la tenue du Congrès à Versailles le lundi 3 juillet prochain, un vent de fronde souffle dans la classe politique. Pour rappel, depuis 2008, le président de la République a la possibilité de convoquer le Parlement (Assemblée + Sénat) à Versailles, qui se réunit alors en Congrès. Cette disposition est inscrite dans l'article 18 de la Constitution. Le chef de l'Etat fait alors une déclaration solennelle devant les parlementaires. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote.

Mais la date et l'organisation de cet évènement politique d'importance ne plaisent pas à tout le monde. Mardi, Le Parisien rapportait plusieurs propos d'hommes politiques, surpris de voir le président convoquer le Congrès avant même le discours d'Edouard Philippe à l'Assemblée. "La parole du Premier ministre est curieusement banalisée", ironise Brice Hortefeux. "Macron a choisi un Premier ministre plutôt transparent qui ne lui fera pas d'ombre. Dès qu'il aura l'occasion de rappeler que l'exécutif n'a qu'une seule tête, il le fera", attaque encore un élu des Républicains.

De son côté, Eric Ciotti dénonce une forme de majesté présidentielle à travers ce Congrès. "On a vu les recommandations il y a quelques semaines de monsieur Bayrou, les injonctions, hier celles de monsieur Castaner qui dit qu'il ne faut pas regarder ce qu'il se passe chez madame Pénicaud. Cette parole qui ne souffre aucune contestation... Monsieur Macron ne veut pas qu'on l'interroge, il veut parler tout seul, en majesté... C'est le règne", a-t-il tempêté sur BFMtv.

Un Congrès coûte entre 200 000 et 400 000 euros

Le coût d'un tel évènement politique est aussi pointé du doigt. "C'est inutile et ça coûte cher", a lâché le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde mercredi, annonçant qu'il boycottera l'événement avec une poignée d'autres parlementaires.

Publicité
D'après L'Obs, l'organisation du Congrès de Versailles oscille "entre 200 000 et 400 000 euros". Une facture qui comprend l'aménagement des lieux, les frais de bouche, la sécurisation du site, mais aussi l'acheminement des 577 députés et 348 sénateurs jusque dans les Yvelines.

Vidéo sur le même thème - Congrès de Versailles : Abad dénonce un pied de nez à 500 000 euros fait au Premier ministre 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité