Au lendemain de la série d’attaques terroristes qui a frappé la France, plusieurs instituts de sondage ont fait le point sur la cote de popularité de quelques-unes de principales personnalités politiques françaises. Découvrez quels sont, en quelque sorte, les gagnants et les perdants de ces attentats. 

Les attentats qui ont visé la France il y a deux semaines n’ont pas été sans conséquences pour les personnalités politiques. Certains ont ainsi vu leur cote de popularité boostée par ces évènements tragiques tandis que d’autres, au contraire, ont perdu des points ou stagné.

François Hollande, le grand gagnant de ces attentats ?Au lendemain des attentats qui ont frappé la France, le chef de l’Etat a vu sa cote de popularité gagner 21 points. Le locataire de l’Elysée a ainsi décroché un nouveau record : celui d’enregistrer le plus grand bond de popularité de toute l’histoire de la Ve République. Selon le dernier baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, la cote de François Hollande serait désormais fixée à 61%. Un score que le président devrait notamment à sa gestion des évènements, laquelle lui a permis de retrouver une stature présidentielle.

Manuel Valls, l’autre grand gagnant?Outre celle de François Hollande, c’est la popularité de tout le couple de l’exécutif qui semble avoir profité de ces attentats. Le discours qu’il a prononcé à l’Assemblée nationale pour condamner le terrorisme et annoncer de nouvelles "mesures exceptionnelles" a fait l’unanimité chez les députés. Aussi, le Premier ministre affiche 44% de "bonnes opinions" auprès des Français interrogés dans le cadre d’un sondage BVA. Mieux, 69% des Français estiment qu’il a été "rassembleur", et 78% qu'il a "fermement réaffirmé les valeurs républicaines", détaille un sondage Odaxa réalisé pour Le Parisien/Aujourd'hui et l'émission CQFD d'iTélé et publié vendredi soir,

Egalement mis en avant par les évènements tragiques d’il y a deux semaines, Bernard Cazeneuve a vu sa cote de popularité grimper de 14 points, d’après les chiffres communiqués par BVA. L’institut précise par ailleurs que 33% des sondés souhaiteraient même que le ministre de l’Intérieur ait plus d’influence dans la vie politique française.

L’opposition : ni vraiment gagnante, ni vraiment perdante Mais si certaines personnalités politiques ont vu leur popularité boostée par les récents évènements tragiques, d’autres ont souffert de l’effet inverse. C’est notamment le cas de Bruno le Maire (-5 points) précise L’Express. Toujours du côté de l’opposition, Nicolas Sarkozy affiche quant à lui un score identique à celui qu’il avait avant : sa cote s’est maintenue à 26%. Les attentats ne lui ont donc pas permis réunir davantage de soutiens, ni n’en lui en ont fait perdre.

Publicité
De son côté Marine Le Pen peut se targuer d’avoir récolté un maigre point supplémentaire. Contrairement à ce qui avait été évoqué dans un premier temps, la popularité de la leader frontiste n’a pas profité des attentats terroristes : elle n’a gagné qu’un seul point et atteint aujourd’hui 27%. Sans doute son refus de participer à la marche républicaine a-t-il joué en sa défaveur.

Vidéo sur le même thème : un cortège historique

mots-clés : Cote de popularité
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité