Les températures élevées ne sont pas sans conséquence pour les transports en commun. Lorsqu'elles dépassent un certain seuil, les avions sont parfois obligés de rester au sol. 

Depuis la fin du week-end dernier, de fortes chaleurs frappent la France. Si les températures avoisinent les 36°C dans certaines régions de l'Hexagone, aux États-Unis le thermomètre a atteint mardi 49°C à Phoenix dans l'Arizona. Il a fait si chaud que la compagnie aérienne American Airlines a dû annuler près de cinquante vols entre 15 heures et 18 heures. La veille, elle avait déjà annulé sept vols.

L'avion doit rouler plus vite pour décoller

Sur certains trajets régionaux, les vols sont assurés par des petits avions de type Bombardier. Ces derniers ne peuvent pas voler si les températures excèdent 47,7°C. La chaleur rend en effet le décollage d'un avion plus difficile car l'air chaud est moins dense que l'air froid. Quand la température est élevée, l'avion doit alors prendre plus de vitesse pour décoller. Les Boeing et Airbus peuvent en revanche voler jusqu'à 53°C.

À lire aussi - Canicule en France : quelles sont les conséquences économiques ?

Publicité
De telles températures à Phoenix n'avaient pas été enregistrées depuis 1990. À cette époque, le thermomètre avait grimpé à 50°C obligeant les avions à rester au sol. La ville de Phoenix, située en plein désert, connaît souvent de fortes chaleurs, mais elles atteignent rarement les 49°C. Les autorités ont aussi alerté les automobilistes des dangers. En effet, des nuages de chaleur apparaissent sur la route et peuvent perturber la circulation. 

En vidéo sur le même thème - Canicule : le thermomètre s’affole