Les futurs bacheliers ont planché ce mercredi matin sur l'épreuve de Français. La poésie était à l’honneur avec une analyse sur un poème de Victor Hugo. Visiblement, ce dernier s'est fait de nombreux ennemis en quelques heures… 

©CC Capture d'écran Wikipédia

 

Victor Hugo n’a jamais suscité autant la polémique ! Les quelques 680 000 élèves de première qui passaient l’épreuve de français ce matin ne sont pas vraiment en bon termes avec l’écrivain Français. Ils le lui ont fait savoir sur les réseaux sociaux.Planet.fr vous propose un tour des menaces de morts et autres insultes que l’auteur du poème "Crépuscule" a reçu de la part des jeunes internautes.

On se croirait dans "Le Dernier jour d’un Condamné" : un public haineux composé de lycéens, la bave aux dents, hurlant à la face de l'écrivain de génie : "si j’te croise dans la rue t’es mort"

Pas de doute, le poète engagé aurait été désarçonné par "la jeunesse d'aujourd'hui" qui menace leur ainé de tous les noms d'oiseaux avant de lui promettre une mort certaine:

 

Face à la pluie d’insultes s’abbattant sur l’auteur, certains internautes (certainement plus âgés) ont pris la défense de victor Hugo. Pour cela, ils n’ont pas hésité à faire parler à l’écrivain un langage digne des rappeurs Rohff et Booba.

Publicité
D'autres encore ont ironisé sur les propos tenus par l'écrivain lorsqu'il était encore en vie "Je sais que jadis j'ai écrit : "Ouvrir une école, c'est fermer une prison". Mais là je souhaiterais inverser", peut-on lire sur le compte parodique Twitter @Victorhugo. 

Vidéo sur le même thème : BAC 2014 : c’est parti pour les Premières !

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité