Un dispositif d'amendes minorées testé à Strasbourg pourrait-être étendu à l'ensemble du territoire. 
© Getty / Illustration

En conduisant, on ne peut que constater les libertés prises par certains cyclistes. Alors que la conduite de la bicyclette est soumise au même Code de la route, il est plutôt rare d’en voir se faire verbaliser pour un feu rouge ou un sens interdit. Dans son édition de ce lundi 8 décembre, Le Parisien révèle que cette relative impunité devrait bientôt cesser.  

En effet, le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) qui se réunit ce lundi à l’Assemblée nationale préconise l’extension "aux agglomérations le principe d’amendes minorées adaptées aux cyclistes". Cette décision intervient alors que la mortalité en vélo a augmenté de 6% cette année et que 147 cyclistes ont trouvé la mort en 2013.

Lire aussi :  Sécurité routière : vers une limitation du taux d'alcoolémie plus contraignante pour les jeunes

Conscient de la difficulté de faire appliquer le code de la route à tous les vélos circulant sur la voie publique, le CSNR souhaite mettre l’accent sur "une campagne de sensibilisation aux règles" assortie "d’une application plus systématiques des sanctions".

Le dispositif d’amende minorée a été testé à Strasbourg avec succès. Quand une amende pour un sens interdit coute normalement 90€, celle-ci a été réduite de moitié dans la capitale alsacienne. Et les résultats sont encourageants. À la différence de la moyenne nationale, le nombre d’accidents de cyclistes a chuté (-37%). Depuis 2012, quelques 833 PV ont par ailleurs été dressés. Ne serait-ce qu’à Paris, où le nombre de vélos en circulation a explosé (+400% en quelques années), les accidents impliquant des cyclistes accusent une hausse de 9% par rapport à l’an dernier.

Pour information, les cyclistes représentent 5% de la mortalité routière et 15% des blessés graves.    

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :