Le patron de Républicains a annoncé mercredi soir le projet de son parti pour réduire les dépenses de l'Etat. Les fonctionnaires sont dans son viseur. 
AFP

"Entre 300 000 et 350 000". Voici le nombre de postes de fonctionnaires que le patron des Républicains propose de supprimer. Mercredi, lors d’une journée de travail "sur la fonction publique et la réforme de l’Etat", l’ancien président de la République a en effet exposé son projet pour réduire les dépenses publiques. A un an et demi de la prochaine élection présidentielle et alors même qu’il n’a toujours pas confirmé sa candidature à la primaire, Nicolas Sarkozy a ainsi déclaré : "Le premier objectif, c’est de supprimer (au cours d’un) quinquennat entre 300 000 et 350 000 postes de fonctionnaires". Reconnaissant que cette mesure n’est pas "une mince affaire", il a ensuite préconisé de "recommencer le nom-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite à l’exception des services de sécurité". L’ex-locataire de l’Elysée a par ailleurs appelé à "réformer la Constitution pour imposer" cette règle aux collectivités locales.

A lire aussi –Quels sont les fonctionnaires les plus absents

Augmentation du temps de travail, fin de l’impunité…

A lire aussi – Des primes versées à des fonctionnaires pour les inciter à venir travailler

Outre la réduction du nombre de fonctionnaires, Nicolas Sarkozy souhaite également réduire leurs avantages. Il faut "faire converger le public et le privé sur la retraite", a-t-il estimé, avant d’appeler à ce que leur temps de travail soit augmenté et que leur "impunité" prenne fin. Souhaitant que les salariés de la fonction publique qui "ne font pas bien leur travail" soit sanctionnés, l’ancien président de la République a par ailleurs évoqué la possibilité de mettre en place un système de rémunération au mérite.

En vidéo sur le même thème - Hérault : un maire accorde une prime aux salariés municipaux qui viennent au travail 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Le récap de l'actualité du jour... vu de Twitter !