Dans un courrier adressé mardi au quotidien régional "Vaucluse Matin", la nièce de Marine Le Pen a expliqué pourquoi elle mettait un terme à ses activités politiques. 

Au soir de la défaite de Marine Le Pen à l'élection présidentielle, elle n'avait pas caché son amertume. Le surlendemain, Marion Maréchal-Le Pen a donc décidé d'annoncer son retrait de la vie politique. Toutefois, celle-ci parle avance des raisons personnelles et non des raisons politiques, pour motiver son choix de ne pas se représenter à la députation.

Dans une longue lettre envoyée mardi après-midi au quotidien régional Vaucluse Matin, la benjamine de l'Assemblée nationale s'est expliquée auprès de ses électeurs.

"J’ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si précieuses. Elle m’a aussi terriblement manquée. Il est essentiel que je puisse lui consacrer plus de temps", écrit-elle.

" Je ne renonce pas définitivement au combat politique"

Elle évoque aussi des motivations professionnelles. "Je n’ai jamais renoncé à l’idée de m’extirper un jour ou l’autre du monde politique pour une expérience dans la vie civile. J’aime le monde de l’entreprise, je n’ai jamais cessé de le défendre durant mon mandat et j’aspire aujourd’hui à y travailler", écrit-elle, ajoutant : "Je pense que l’époque des politiciens déconnectés du réel avec des décennies de mandat électif derrière eux est révolue".

"Si nous voulons rendre ses lettres de noblesse à la Politique, il faut prouver aux Français qu’il existe aussi des élus libres et désintéressés refusant de s’accrocher coûte que coûte à leur statut et à leurs indemnités, écrit-elle encore. L’idée que je me fais d’un bon chef politique impose que je bénéfice d’autres expériences que celles du succès électoral ou politique".

Publicité
Toutefois, Marion Maréchal-Le Pen écrit qu'elle "ne renonce pas définitivement au combat politique". "J’ai l’amour de mon pays chevillé au cœur et je ne pourrai jamais rester indifférente aux souffrances de mes compatriotes", conclut-elle.

Vidéo sur le même thème : Marion Maréchal-Le Pen FN reconnaît une part de déception 

mots-clés : Politique, Départ

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité