Le maire de Béziers (Hérault) a annoncé la création prochaine d’une patrouille formée d'anciens militaires ou pompiers. Une annonce qui a déjà été fortement critiquée.

Robert Ménard va encore faire parler de lui. Le maire de Béziers (Hérault) a annoncé ce mardi son intention de créer une "garde biterroise" composée d’anciens gendarmes, militaires, policiers ou pompiers. Le but : patrouiller dans les rues de la ville et "tranquilliser" les citoyens pendant la durée de l’état d’urgence. "Il est important que les Biterrois voient des gens dans la ville en charge de leur sécurité si il y a un problème", a expliqué Robert Ménard sur France 3 ce mardi.

Le fondateur de Reporters sans frontières (RSF) a par ailleurs assuré que cette garde ne serait pas armée mais "équipée de moyens de transmission pour alerter les services de police" en cas d’incident. De plus, toujours d’après lui, l’objectif principal de la garde sera de surveiller les écoles et les bâtiments publics.

Une initiative déjà critiquée

Afin de rassembler suffisamment de bénévoles, une campagne d’affichage sera lancée dès jeudi dans la ville. L’adjoint à la sécurité et le directeur de la police municipale mèneront des entretiens afin de sélectionner les futurs membres de la patrouille. Ces derniers bénéficieront du statut de collaborateurs occasionnels du service public, selon Francetv Info.

Publicité
Cette annonce est loin de faire l’unanimité. "Une police doit fonctionner de manière statutaire et encadrée. Je crains que les retraités soient un peu en décalage par rapport à tout cela", a déploré auprès de l’AFP Bruno Bartocetti, délégué régional du syndicat SGP Unité police. Sur Twitter, de nombreux internautes se sont montrés dubitatifs face à cette initiative.

En vidéo sur le même thème - Robert Ménard reconnaît avoir "fiché" les élèves musulmans de sa ville

]

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité