Nicolas Sarkozy a dit un jour "Emmanuel Macron, c’est moi en mieux". Et si l’ancien président n’était pas si éloigné que ça de la vérité ? C’est en tout cas l’avis de Stephen Bunard, coach pour dirigeants et synergologue, qui nous explique en quoi les deux hommes se ressemblent.

Planet : Qu’avez-vous pu observer à propos de la gestuelle d’Emmanuel Macron ?

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

Stephen Bunard* : "On l’a beaucoup moins vu ‘en action’ depuis qu’il a été élu président de la République. Je vais donc me concentrer sur sa campagne, lorsqu’il était encore candidat et multipliait les déplacements et les rencontres avec les Français. A ce moment-là j’ai (eu la confirmation de ce que j'avais remarqué depuis plus de deux ans, à savoir que sa gestuelle était proche de celle de Nicolas Sarkozy. Et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord, parce qu’ils ont tous les deux les sourcils qui se lèvent quand ils veulent attirer l’attention de manière plus ou moins consciente. Ensuite, ils ont tous les deux le cou qui va souvent en avant. Cet axe dit translationnel est un geste qui traduit leur envie d’aller chercher l’autre. Ils ont également les deux mains participatives. L’une représente l’affect, l’autre l’argumentatif et toutes les deux sont sur le même pied. Et puis, tous les deux ont la même façon de rire. Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron sont très proches en termes de personnalité, même si elle s’exprime peut-être de manière plus animale chez l’ancien président et un peu plus raffinée chez l’actuel locataire de l’Elysée. On observe aussi une même façon de toucher le citoyen lors d'interpellations, ce qui traduit la volonté de dominance, en entrant dans la zone intime de son détracteur.

Planet : Pensez-vous que cette ressemblance soit voulue par Emmanuel Macron ?

Stephen Bunard : Non, c’est un mécanisme inconscient. Je pense qu’il s’agit d’une introjection, comme on dit en psychanalyse : Emmanuel Macron aurait inconsciemment pris Nicolas Sarkozy comme modèle, c'est tout simplement la gestuelle des conquérants. Et puis, tous les deux sont très expressifs.

Planet : Qu’est-ce que les gestes d’Emmanuel Macron révèlent de sa personnalité ?

Stephen Bunard : Si l’on prend l’exemple du meeting qu’il a donné en décembre 2016, celui où son intonation et ses bras en croix ont ensuite été très commentés, on se rend compte que c’est surtout son visage qui était révélateur de son état d’esprit. Emmanuel Macron avait alors la même expression que les sportifs de haut niveau. C’était symptomatique de sa rage de vaincre : il était déjà dans un état d’esprit de vainqueur alors qu’à l’époque on parlait encore d’une bulle que et le candidat Macron n’était donné que 3e ou 4e dans les sondages. Pourtant, il était déjà dans un état de rage comme peut l’être un grand sportif non pas avant l’épreuve, mais après. En effet, Emmanuel Macron ne se disait pas qu’il était programmé pour gagner, mais se comportait déjà comme le gagnant.

Planet : En ce sens, ressemble-t-il encore à Nicolas Sarkozy ?

Publicité
Stephen Bunard : Ce sont tous les deux des conquérants et des hommes très expressifs. Mais Emmanuel Macron va semble-t-il plus loin que Nicolas Sarkozy. Ce qui a sans doute valu à ce dernier de confier ‘C’est moi en mieux’. Etre aussi expressif peut bien évidemment être un inconvénient mais c’est aussi un atout, surtout en politique. En effet, cela stimule les compétences empathiques de ceux qui nous écoutent. Quelqu’un d’expressif nous amène nous-mêmes à être expressifs alors que quelqu’un qui ne l’est pas et cherche à se contrôler n’allumera pas les mêmes cases dans nos cerveaux. En revanche, le tribut à payer est qu’en étant expressif on dévoile beaucoup, et parfois trop, de choses. C’était notamment le cas d’Emmanuel Macron face à Anne-Claire Coudray pendant la campagne. Alors que la journaliste l’interrogeait sur sa majorité présidentielle, le candidat s’était plusieurs fois gratté la base du nez, ce qui traduisait son embarras. Certes, il lui était alors impossible de cacher que ces questions le gênaient mais au moins il ne cherchait pas à cacher ni renier ce qu’il ressentait vraiment. Finalement, Emmanuel Macron est authentique sans le savoir !".

*Stephen Bunard est coach pour dirigeants, synergologue et auteur de Leurs gestes disent tout haut ce qu’ils pensent tout bas (éd. First Document).

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité