La crise sanitaire n'est pas sans impact sur les bénéfices des entreprises. Forcément, il faudra aussi s'attendre à des conséquences sur votre épargne salariale...
Epargne salariale : pourquoi vous devriez vous inquiéter Istock

“Le plus dur reste à venir”, alerte sobrement - quoique sans ambages - Capital. Le mensuel spécialisé en économie est formel : les temps s’annoncent dur pour celles et ceux parmi nous qui possèdent un contrat d’épargne salariale. Ils sont nombreux : en 2020, cela concernait quelques 11 millions d’employés, lesquels en bénéficiaient à hauteur de 13 470 euros en moyenne. A l’occasion de son émission intitulée le “Grand rendez-vous de l’épargne”, plusieurs experts se sont exprimés sur les risques auxquels il faudra faire face.

Force est de reconnaître, note le titre de presse, que les Françaises et les Français ont assez peu fait appel à leur épargne salariale au cours des derniers mois. “Les demandes de rachat sur les PEE ont été beaucoup moins nombreuses que d’ordinaire”, explique par exemple Xavier Collot, directeur épargne salariale et retraite chez Amundi, joint par Capital. Pour autant, sur le long terme, rien ne permet d’affirmer que ce régime forcé ne profite beaucoup aux épargnants… 

Epargne salariale : pourquoi faut-il s’inquiéter ?

Et pour cause : c’est du côté des entreprises que le bât blesse. Parce que l’épargne salariale dépend - sans surprise - de leurs profits, il y a matière à s’inquiéter expliquent de consort Capital et  60 millions de consommateurs. Dépôts de bilans, forte baisse de profits, licenciements… À l’issue d’une grave crise sanitaire, de tels événements sont légion et ont de quoi générer l’angoisse des salariés. A juste titre, dans certains cas précis. Ce qu’il faut retenir.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.