Outre la compagnie qu'elle apporte, la présence d'un étudiant à domicile ouvre droit à un joli bonus fiscal.
IllustrationIstock

Loger un étudiant chez soi ? Le choix rentable de cette septuagénaire

Marthe, 72 ans, veuve depuis trois ans, habite à Nantes où elle vivote avec une pension de réversion de 972 euros par mois. Afin de lutter contre la solitude et de mettre un peu de beurre dans les épinards, elle a décidé de louer une chambre de son appartement à une étudiante inscrite en DUT de Génie Thermique. "Cela me permet d’être moins seule et m’aide à payer des charges qui sont de plus en plus lourdes, dit-elle, et je ne regrette pas l’argent dépensé pour équiper la chambre".

A lire aussi : Propriétaires : ce que vous pouvez vraiment imposer à votre locataire

Pour accueillir cette étudiante de 19 ans, elle a dû acheter certains éléments de mobilier supplémentaires, dont un bureau, une lampe de travail, un fauteuil, etc. Confortable la chambre mesure 17 m2, soit 8 m2 de plus que la surface minimale (9 m2) requise pour une location. Au niveau des contraintes, car il y en a, Marthe est tenue de laisser sa locataire accéder à la cuisine, ce qui ne pose d’ailleurs pas de problème puisqu’elles font souvent la popote ensemble. Elle lui donne aussi un accès aux sanitaires WC, douche et lavabo à des horaires de convenance (variables selon les heures de cours).

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Vidéo : À quoi servent vos impôts ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.