© AFPAFP
Selon le ministre de la Défense, l'Etat islamique est en train de perdre des territoires. De plus, l'organisation terroriste est confrontée à l'augmentation de déserteurs dans ses rangs.
Sommaire

"Daech recule"

© AFP

"Daech recule. Nous avons obtenu des avancées significatives, comme à Ramadi, en Irak, et plus récemment à Hassaké et à Chaddada, deux villes syriennes qui ont été reprises à Daech grâce aux combattants kurdes, a indiqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, au Figaro(…) L'évolution sur le terrain est donc plutôt positive même si des difficultés demeurent."

L'EI a perdu un cinquième de ses territoires

Selon les estimations de l'agence d'analyse IHS, relayée mercredi par l'antenne russe de la BBC, l'Etat islamique aurait perdu le contrôle d'environ 22 % de ses territoires occupés en Syrie et en Irak. Dans ce dernier pays, l'organisation terroriste aurait perdu près de 24 000 kilomètres carrés, soit la moitié de la zone qu'elle contrôlait dans cet Etat, indique de son côté Les Echos. Pis, l'Etat islamique n'aurait remporté aucune victoire depuis près de 10 mois.

L'organisation terroriste frappée au porte-monnaie

© AFP

Toujours selon l'agence d'analyse IHS, relayée mercredi par l'antenne russe de la BBC, Daech aurait perdu 40 % de son chiffre d'affaires à cause d'un manque à gagner venant des ventes du pétrole dont l'organisation contrôle plusieurs exploitations. Cependant, les djihadistes arrivent de moins en moins à revendre leur or noir car ils ne contrôlent plus la frontière entre la Turquie et la Syrie, point de passage pour la revente de celui-ci à l'étranger.

De plus en plus de déserteurs

"On dirait que les fondations (de l'EI) en terme d'effectifs et de ressources (humaines) se fissurent", a affirmé lundi John Kirby, le porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères. Selon ce dernier, de plus en plus de combattants de Daech font désertion, ce qui expliquerait l'utilisation de plus en plus importante d'enfants soldats par l'EI. "D'habitude, ils s'appuient sur les enfants pour le renseignement, pour obtenir des informations, (...) et ensuite ils les utilisent pour des attaques suicides, ce qu'ils font toujours, a t-il expliqué. Mais maintenant nous avons davantage d'informations selon lesquelles ils utilisent des enfants pour de vrais combats, aux côtés d'adultes combattants."

A ce sujet, la chaîne Arte  a diffusé mardi soir un reportage qui donne la parole à d'anciens combattants de l'Etat islamique aujourd'hui repentis. "Dès qu'on commence à penser à la désertion, raconte par exemple un ex-djihadiste, on vit avec la terreur ancrée en soi. Si quelqu'un l'apprend, on est mort."

Une liste de 22 000 noms de prétendus djihadistes

La semaine dernière, la chaîne britannique Sky News révélait avoir obtenu de la part d'un déserteur une liste de 22 000 prétendus membres de l'organisation terroriste. Si cette liste était véridique - elle est actuellement questionnée par des experts - elle serait une véritable mine d'or pour les Etats coalisés afin de prévenir par exemple d'éventuels retour de djihadistes malintentionnés sur leur territoire.