Même si le FN passe à côté d'Avignon, Perpignan ou Forbach, Marine Le Pen, qui espérait conquérir entre 10 et 15 villes, a facilement remporté son pari.
© AFPAFP

© AFP

À l’issue du second tour des municipales, le FN a réussi à conquérir de nombreuses villes confirmant son ancrage dans l’Hexagone. Coup de force pour Marine Le Pen, qui réussit son pari en ravissant 12 villes et en faisant de Marseille le premier territoire FN de France (Stéphane Ravier a remporté la mairie du 7 e secteur peuplé de 150.00 habitants).

Quelles sont ces villes qui ont basculé du côté frontiste ?

Béziers (Hérault):

Confortablement élu avec 46,98 % des voix, Robert Ménard a devancé sans surprise son concurrent UMP Elie Aboud (34,62 %) et Jean-Michel Du Plaa (18,38 %) qui s’était maintenu malgré les consignes de Solférino.

L’ancien président de Reporter Sans Frontières considère que cette victoire n’est pas exclusivement celle du FN mais confesse qu’il est normal que le parti de Marine Le Pen la compte parmi les siennes.

Fréjus (Var):

Le jeune David Rachline s’impose facilement avec 45,55 % des voix face à Philippe Mougin UMP/UDI (30,43 %) et le candidat DVD Elie Brun (24,01 %). Âgé de 26 ans, ce proche de Marine Le Pen a su tirer profit de la division de la droite et bénéficier de son ancrage local pour remporter la ville.

Hayange (Moselle) :

Ancien militant CGT, le candidat frontiste Fabien Engelmann s’impose dans une triangulaire qui l’opposait au socialiste Philippe David (27,23 %) et Alain Leyder (9,74 %) sans étiquette. Le secteur est marqué par l’arrêt du fonctionnement des deux derniers hauts fourneaux de Florange et donc par le cuisant échec de l’exécutif dans ce bassin de sidérurgie.

Beaucaire (Gard) :

Dans une quadrangulaire, Julien Sanchez a su tirer son épingle du jeu et récolter 39,81 % des suffrages. Ce score le place confortablement premier du second tour devant le maire sortant Jacques Bourbousson (divers), Christophe André (divers droite) et Claude Dubois (divers gauche). Le jeune cadre frontiste (30 ans) est militant au Front National depuis qu’il a 16 ans.

Le Luc (Var) :

Quandrangulaire encore au Luc. Le frontiste Philippe de La Grange a emporté la ville, avec 42,02 % des suffrages, devant le divers droite Dominique Lain (40,92 %), le divers gauche Ali Torchi (16,17 %) et le maire sortant André Raufast, très sévèrement sanctionné (0,86 %).

Cogolin (Var) :

Marc-Etienne Lansade a été élu à Cogolin avec 53,09 % face au maire sortant Jacques Sénéquier. Cette petite commune acquise au FN révèle l’enracinement varois du parti.

Villers-Cotterêts (Aisne) :

Triangulaire du côté de Villers-Cotterêts. Franck Briffaut a remporté le second tour avec 41,53 % des voix, devant la liste du maire PS sortant, Jean-Claude Pruski (34,66 %), et la liste DVD représentée par l'UDI Jean-Claude Gervais (23,80 %).

Le Pontet (Vaucluse) :

Si le Front National n’a pas réussi à prendre Avignon, le parti frontiste est néanmoins parvenu à gagner la ville voisine du Pontet. Conduite par Joris Hébrard, la liste d’extrême droite devance celle de Claude Toutain (UMP) de quelques voix seulement. En effet le score de ce dernier est de 42,52 % quand le candidat frontiste enregistre 42.62%.  Le candidat divers droite Frédéric Quet complétant la triangulaire récolte lui 14.8% des voix.

Manthes-la-Ville (Yvelines) :

Décidément, les quadrangulaires profitent souvent au Front National. Dans cette commune des Yvelines c’est le candidat FN Cyril Nauth qui est arrivé en tête au second tour avec 30,26 % devant la maire sortante Monique Brochotn (PS) qui compte 29,35 %. Les listes divers gauche d'Annette Peulvast-Bergeal et divers droite d'Eric Visintainer recueillent respectivement 28,29 % et 12,09 %.

Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) :

Seul candidat frontiste élu au premier tour, Steeve Briois avait récolté dimanche 23 mars 50.2% des voix.

Marseille (Bouche du Rhône) :

Si le Front National n’est pas parvenu à prendre la cité phocéenne le parti peut au moins se targuer d’avoir raflé facilement un secteur, et pas des moindres. Stéphane Ravier remporte le 7 ème secteur (le plus peuplé de la ville avec 150 000 habitants) avec 35,8 %. Ceci représente donc le premier territoire Front National de France d’un point de vue démographique.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :