Philae, le premier engin à avoir effectué un atterrissage sur une comète, se porte bien. Quelques incidents techniques viennent cependant gâcher le plaisir des scientifiques.

Après avoir annoncé que le propulseur du robot Philae était en panne, mettant en péril son atterrissage, les scientifiques ont pu crier de joie en sachant que leur sonde était bien parvenue à la surface de la comète Churyumov-Gerasimenko. La joie a cependant été de courte durée quand les premières informations émises par Philae ont fait état de plusieurs problèmes techniques, rapporte BFM TV.

À lire aussi - Rosetta : Jour J pour la sonde qui va larguer son robot Phileas

L’atterrissage de Philae, qui s’est déroulé à 551 millions de kilomètres de notre planète sur un corps céleste qui avance à la vitesse de 10 kilomètres/seconde, n’a été que partiel. L'engin n’est pas parvenu à se fixer sur la comète. "Les harpons pourraient ne pas s’être activés ce qui voudrait dire que nous ne sommes pas arrimés sur la surface de la comète", a reconnu l’Agence spatiale européenne (ESA), hier soir.

Fixer la sonde, un impératif

Les harpons devaient permettre à Philae de ne pas être éjecté de "Tchouri". Car avec l’absence de gravité, la sonde qui pèse 100 kilogrammes sur Terre ne pèse pas plus lourd qu’un gramme explique Francis Rocard, un astrophysicien qui a travaillé sur le programme, contacté par 20minutes. "S’il n’est pas fixé au sol, il peut dégager au moindre dégazage de la comète", a-t-il précisé.

À lire aussi - Philae envoie une première photo de la comète Tchouri

Le problème d’encrage pose également d’autres problèmes. Non fixé, l'appareil ne peut pas procéder à des prélèvements via sa foreuse, sous peine d’être directement renvoyé dans l’espace. Un mauvais arrimage qui l'empêche par ailleurs de s’alimenter correctement en énergie solaire. Invité sur Europe 1 jeudi matin, Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d’études spatial (CNES), s’est montré cependant rassurant. Les panneaux solaires fonctionnent et devraient permettre à Philae "d’envisager un futur".

Publicité
Selon BFM TV, les résultats des premières analyses de la situation, s'ils annoncent un mauvais arrimage de Philae, devraient permettre au Centre européen d'opérations spatiales de décider la mise en place d'un sauvetage à distance.

Vidéo sur le même thème - Après le succès de Rosetta, Philae doit s’arrimer 

En imagesMission Rosetta : l'atterrissage en images

Objectif 67P Churyunov-Gerasimenko

Rosetta a quitté la Terre le 2 mars 2004. Elle a atteint 67P Churyunov-Gerasimenko, plus familièrement appelée

Photo du site Agilkia prise à 30,5 kilomètres

Le site d’atterrissage se dénomme Agilkia. Il s’agit d’une ellipse de 900 mètres de long sur près de 600 de large, rapporte le Centre national d'études spatiales (CNES). Ce site a été choisi car il présente toutes les composantes nécessaires à l’examen de la comète par Philae. Il est relativement plat (pour l’atterrissage), exposé à la lumière du...

67P/T-G se trouve à plus de 700 000 000 kilomètre du Soleil

Selon 20minutes, les scientifiques espèrent que la mission pourra durer six mois. En effet, passé cette période, la comète devrait se rapprocher considérablement du Soleil, faisant fondre du même coup les composantes électroniques de Philae. Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

De glace et de pousière

67P Churyunov-Gerasimenko a une température de surface avoisinant les -40 à -70 °C. La comète a une densité beaucoup plus faible que la Terre (400 kg/m3), car creuse. elle est essentiellement composée de poussière et de glace. Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

28 minutes, le temps de recevoir une transmission

Compte tenu du délai de transmission entre les sondes et la Terre qui est de 28 minutes, la confirmation de la séparation de deux sondes a été faite sur les coups de 10h03. De même, sept heures séparent le largage de l’atterrissage. La confirmation de la réussite de cette étape se déroulera vers 17 heures (à un quart d’heure près). Pour suivre l’atte...

Ordre de grandeur : la comète au-dessus de Paris

Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

Autres diaporamas