C’est une première mondiale. La sonde Rosetta, dans l’espace depuis 10 ans et en hibernation depuis près de 3 ans, va se réveiller ce lundi pour le rendez-vous de sa vie. Sa mission : se poser sur la comète Tchourioumov-Gérassimenko pour en étudier le sol.

© AFP

« Même les Américains n’ont jamais fait ça ! » L’enthousiasme de Francis Rocard, astrophysicien au Cnes, le Centre national d’études spatiales, est à la mesure de l’aventure. La sonde Rosetta, envoyée dans l’espace en mars 2004, et mise en hibernation depuis juin 2011, devrait se réveiller ce lundi pour la mission de sa vie : s’approcher de la comète Tchourioumov-Gérassimenko et s’y poser afin de pouvoir en analyser le sol.

« On veut tout savoir sur la comète ! »Rosetta, qui se trouve à quelques 800 millions de kilomètres de la Terre, devrait sortir de son sommeil forcé grâce à un réveil. La sonde va alors à nouveau déployer ses bras agrémentés de panneaux solaires de 14 mètres de long et mettre le cap en direction en direction de la comète. L’atterrissage de Rosetta et de son petit module Philae est prévu en novembre prochain. Si la manœuvre est délicate, son succès serait un exploit et permettrait aux scientifiques de faire de nombreuses découvertes. Philae est en effet équipé de 21 instruments, grâce auxquels il pourra procéder à de nombreuses analyses. « On veut tout savoir sur la comète, son champ magnétique, sa composition, sa gravité, sa température, tout ! » s’est enthousiasmée Amalia Ercoli-Finzi, responsable de l’une des nombreuses expériences programmées.

Publicité
« Il est temps d'ouvrir le coffre au trésor ! »Pourquoi la comète Tchourioumov-Gérassimenko ? Parce qu’elle est une véritable mine d’informations pour les astrophysiciens. Ce gros caillou gravite en effet dans l’espace depuis des milliards d’années. Ce n’est qu’en 1959, alors qu’elle passait près de Jupiter, que son orbite a été déviée. La comète est donc longtemps restée préservée des dégradations des rayons du Soleil et a sans doute beaucoup de choses à raconter sur l’univers. « Les comètes sont des « capsules témoins » de la naissance du système solaire » explique Mark McCaughrean de l’Agence spatiale européenne. « La capsule témoin est restée verrouillée pendant 4,6 milliards d'années, il est temps d'ouvrir le coffre au trésor ! » ajoute-t-il. Une fois sa mission accomplie, Philae devrait définitivement tirer sa révérence fin 2015, l’approche du Soleil devrait alors lui être fatale. Rosetta, elle, poursuivra sa route, à moins qu’elle ne soit de nouveau mise en sommeil…

Vidéo : le réveil sonne lundi pour la sonde Rosetta

Publicité