Par les temps qui courent, la retenue et la transparence sont de mise. Pour autant, une dizaine de directeurs de Pôle emploi ne se sont pas privés d'un séminaire de luxe, au grand désarroi des employés de l'établissement public.

Le comité de direction du Pôle emploi des Pays de la Loire a organisé cette semaine un séminaire dans un hôtel quatre étoiles de Loire-Atlantique, rapporte Ouest-France. Si ce genre de pratiques n’est pas condamnable en soit, les syndicats de l’établissement public estiment que cela nuit à la crédibilité de leur travail.

Situé sur le front de mer à La Plaine-sur-Mer, le Relais-châteaux Anne de Bretagne est un élégant établissement quatre étoiles, proposant une cuisine étoilée au guide Michelin et quelques conforts comme un court de tennis ou une piscine extérieure chauffée. Avec un forfait "séminaire" à 290 euros minimum par personne, l’hôtel peut se vanter d’y inclure le déjeuner, le dîner, les mignardises, la chambre et la participation au prix de la salle.

À lire aussi - Les hommes sont plus touchés par le chômage quand les femmes souffrent du "sous-emploi"

Selon le service communication de la direction régionale contacté par Ouest-France, "le choix des établissements répond à un strict cahier des charges". "Nous mettons en concurrence les établissements avant de les choisir", a-t-on expliqué à nos confrères de Sud-Ouest.

Un séminaire qui dérange

Alors que l’on parle de tarif négocié du côté de la direction, les syndicats de Pôle emploi ne l’entendent pas de cette oreille. "L’une des valeurs de pôle emploi est l’exemplarité", a ainsi réagi Jean-Charles Steyger, délégué syndical de la Fédération syndicale unitaire (FSU). "À une époque où des agences manquent d’ordinateurs, où seulement 50% des chômeurs touchent des allocations, ces dépenses interrogent, forcément", a-t-il dénoncé.

À lire aussi - Assurance chômage : Macron emboîte le pas de Valls et créé un couac

Publicité
Treize chambres auraient été louées, dont plusieurs suites, précise le journal. Selon le représentant syndical, les séminaires de ce type étaient peu courants avant le lancement de Pôle emploi en 2008. "Avec la fusion, une culture émanant du privé est apparue dans nos fonctionnements", a-t-il confié. Le syndicat aurait écrit une lettre en 2012, réclamant plus de transparence sur les dépenses de fonctionnement. Il semble apparemment que cette requête soit restée lettre morte.

Vidéo sur le même thème - Chômeurs, ils ont décidé de se débrouiller sans Pôle emploi