Alors qu’Abdelhakim Dekhar, le tireur parisien présumé, refuse de répondre aux questions des enquêteurs, certaines informations concernant sa vie privée ont été dévoilées dans les médias anglais. Découvrez ce que l’on sait de sa vie.

©AFP

Si Abdelhakim Dekhar a choisi d’invoquer son "droit au silence" pour ne pas répondre aux questions des enquêteurs, les médias anglais se sont montrés plus bavards. Deux jours après l’arrestation du tireur parisien présumé, plusieurs journaux d’outre-Manche ont en effet publié des informations relatives à sa vie privée. Grâce à eux on apprend ainsi qu’après avoir purgé sa peine de quatre ans de prison en 1998, Abdelhakim Dekhar a décidé de fuir la France et de se construire une nouvelle vie. Il serait alors installé dans l’Est de Londres, travaillant dans un restaurant. Selon l’Evening Standard, le jeune homme se serait ensuite marié à une étudiante turque à Redbridge en février 2000. Le couple aurait cependant divorcé peu de temps après et l’homme impliqué dans l’affaire Rey-Maupin aurait refait sa vie avec une autre femme. Sa seconde épouse lui aurait même donné plusieurs enfants. On ignore cependant combien exactement et s’ils sont toujours mariés.

Sa sœur ne veut plus le voir

Loin d’être isolé, Abdelhakim Dekhar aurait également un frère et une sœur. Et alors que tous les deux vivent aussi à Londres, Le Monde indique que rien ne laisse penser que Mohammed et Abdelhakim Dekhar sont encore en contact. D’autant que sa sœur, Farida Dekhar-Powell, a expliqué à l’Evening Standard : "ll ne fait pas partie de ma vie, et c'est aussi bien comme cela". A Libération,  la quadragénaire installée dans une petit ville résidentielle du sud-est de la capitale a même déclaré : "Je n'ai rien à voir avec mon frère, nous avons nos noms sur le même livret de famille, le même sang, mais c'est tout".

Abdelhakim Dekhar bientôt mis en examen ?

Publicité
Depuis qu’il s’est réveillé après avoir tenté de mettre fin à ses jours en ingérant des médicaments, Abdelhakim Dekhar refuse de parler aux enquêteurs. "Lors de ses auditions, n'ayant pas accès à son dossier, mon client a préféré, pour le moment, faire valoir son droit au silence en ce qui concerne les faits", a déclaré jeudi soir Me Lorrain, son avocat. Mais alors que sa garde à vue entamée mercredi est prévue pour durer jusqu’à ce vendredi 18h05, le suspect pourrait être déféré quelques heures avant au palais de justice et ce, en vue de sa présentation à un juge. Il pourrait ensuite être mis en examen pour "tentatives d’assassinat" et "enlèvement avec séquestration".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité