Lundi soir à Magnanville (Yvelines), un policier a été tué devant son domicile et sa compagne égorgée à l’intérieur par un homme déjà condamné dans une affaire de terrorisme. Ce double meurtre a depuis a été revendiqué par l’Etat islamique. 

Les policiers ont été attaqués chez eux

Lundi soir vers 21 heures, et alors qu’il rentrait chez lui, un commandant de police a été attaqué par un homme armé. Selon les premiers éléments communiqués, l’assaillant lui aurait donné neuf coups de couteau, principalement dans l’abdomen. Agée de 42 ans, la victime n’a pas survécu. Elle se serait écroulé dans la rue, devant son pavillon de la banlieue parisienne à Magnanville, dans les Yvelines. Des témoins cités par BFM TV ont rapporté l’avoir entendu crier "Allah Akbar" au moment où il attaquait le policier.

A lire aussi - Policier tué à Magnanville: "Il a été mortellement blessé à coups de couiteau", selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur 

L’homme armé se serait ensuite retranché au domicile de sa victime où se trouvaient sa compagne, elle aussi fonctionnaire de police, et leur enfant de trois ans. Rapidement alertés, les secours et les forces de polices sont alors arrivés sur les lieux du drame. Tous les habitants du quartier ont par la suite été évacués et un dispositif de sécurité mis en place pour sécuriser la zone et bloquer les allées et venues. Puis, des négociations ont été entamées entre le RAID et le tueur. Ce dernier a ainsi révélé qu’il était membre de l’organisation terroriste Etat islamique, selon une source policière citée par Le Monde. "Les négociations ne pouvant aboutir, il a été décidé de donner l’assaut", a expliqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet. Une intervention déclenchée aux alentours de minuit et qui a conduit à la mort de l’assaillant, tué pendant l’offensive.

Leur enfant de trois ans n’a pas été blessé

Agé de trois ans, le petit garçon du couple de policiers a été découvert au domicile de ses parents par les membres du RAID. Alors que le corps de sa mère, morte égorgée, s’y trouvait également, lui serait sain et sauf. Lors d’un point presse, le procureur de la République de Versailles a cependant précisé qu’il était "choqué" et qu’il avait été pris en charge par les médecins.

L’assaillant avait déjà été condamné

Rapidement après ce double meurtre, l’identité du tueur a été dévoilée. Il s’agirait ainsi de Larossi Abballa, un homme âgé de 25 ans, résidant à Mantes-la-Jolie (Yvelines) et qui était connu des services de police pour des faits de vol et de radicalisation. D’après les informations de BFM TV et RMC, il avait été condamné en 2013 à trois ans de prison, dont 6 mois avec sursis, pour sa participation à une filière djihadiste.

L’Etat islamique a revendiqué l’attaque

Si l’assaillant a affirmé être membre de l’Etat islamique pendant l’assaut, le groupe terroriste a de son côté revendiqué l’attaque. Quelques heures à peine après le double meurtre, l’agence Amaq qui est liée à l’Etat islamique a affirmé qu'un "combattant de l'Etat islamique" (EI) avait tué le couple près de Paris, selon le centre américain de surveillance de sites jihadistes SITE, rapporte encore BFM TV.

L’Elysée a organisé une réunion d’urgence

Publicité
Au lendemain du double meurtre du couple de policiers, plusieurs questions demeurent sans réponses. Parmi elles, celle de savoir pourquoi le tueur s’en est pris à eux. "Domicilié à Mantes-la-Jolie, le forcené pourrait avoir choisi ses victimes par opportunité. Le policier assassiné était en effet en poste à Mantes-la-Jolie avant de travailler et Mureaux, et que sa compagne était policière au commissariat de la ville", croit savoir la chaîne d’informations en continu. Une réunion d’urgence a été organisée ce mardi matin à 7h45 à l’Elysée en présence de François Hollande. "Toute la lumière sera fait" sur "la nature exacte" de "ce drame abominable", a promis le président.

 En vidéo - Le policier de 42 ans a été tué devant chez lui 

Publicité