Les cadeaux offerts par la mairie UMP de Puteaux (Île-de-France) à ses écoliers font du bruit : un cartable bleu pour les garçons et rose pour les filles. La mairie y voit "une polémique stérile".

La mairie UMP de Puteaux (Île-de-France) a offert ce samedi, au cours d’une fête organisée annuellement, des fournitures scolaires (stylos, compas, cartables etc…) aux 4500 élèves de la ville. Mais cette année, les cadeaux étaient genrés : des sacs bleus ainsi qu’un manuel pour construire un robot pour les garçons, et des cartables roses avec un lot de bijoux pour les filles.

A lire aussi : ABCD de l’égalité : que contient la "mallette pédagogique" de Benoît Hamon ?

Un parent d’élève a photographié et publié sur Instagram une image des cartables qui a ensuite été relayée par nombre d’internautes et notamment Christophe Grébert, l’opposant historique Modem de la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Ce dernier a estimé sur son blog que, "un an après les manifs pour tous et ce débat sur la théorie du genre, ça paraît provocateur (...) surtout avec de l'argent public". Selon lui 300 000 euros ont été dépensés pour l’ensemble des festivités, dont 150 000 euros alloués à l’achat des fournitures scolaires.

L’affaire n’a alors pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Voici quelques tweets qui témoignent que, même après l’abandon de "l’ABCD de l’égalité", la théorie du genre semble encore agiter les écoles.

 D'autres internautes, en revanche, n'y voit pas d'inconvénients : 

A lire aussi : que va changer la réforme des rythmes scolaires ?

Un pied de nez à la théorie du genre ?

Publicité
Faut-il voir une au travers de ces cadeaux stéréotypés une défiance vis-à-vis de la nouvelle ministre de l’Education nationale, accusée notamment par une partie de l’opposition de promouvoir la théorie du genre ? Non, a répondu à Libération Christophe Grébert. "Ce n’est pas un message politique contre la théorie du genre. C’est juste du stéréotype bête et idiot", a-t-il jugé.

De son côté, la maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud a déclaré au Figaro regretter des "polémiques stériles". Selon elle, il faut simplement y voir "un coup de pouce bienvenu aux parents".

Selon Christophe Grébert les cartables distribués en 2013 étaient noirs. Mais sur les photos publiées sur le site de la mairie, il semblerait que les sacs étaient déjà roses et bleus.

 > Vidéo sur le même thème : rentrée scolaire : à Puteaux, cartable rose pour les filles, bleu pour les garçons