Le fils de Valérie Trierweiler, récemment devenu majeur, a accordé sa première interview à Mouloud Achour sur Clique.tv, alors que sa mère n’y était pas favorable. Et pour cause, Léonard Trierweiler s’est notamment confié sur son passage à L’Elysée.

Le fils de l’ancienne Première dame de France, Valérie Trierweiler, vient de fêter ses 18 ans. Pour l’occasion, il a accordé un entretien à Mouloud Achour sur la chaîne Clique.tv. Léonard Trierweiler est ainsi revenu sur les piques qu’il ne cesse d’envoyer au fils de Nicolas Sarkozy via Twitter, sur sa rencontre avec François Hollande ou encore sur la rupture de sa mère avec le président de la République.

Lire aussi - Nouveau clash sur twitter entre le fils de Valérie Trierweiler et le fils de Nicolas Sarkozy

Sa rencontre avec le "président normal"

Quand Mouloud Achour  l’a interrogé sur sa première rencontre avec François Hollande, il a expliqué : "la première fois que j’ai vu Hollande, il nettoyait ma piscine". Lorsque le journaliste lui a demandé si François Hollande est vraiment le mec normal qu’il dit être, le fils de Valérie Trierweiler a répondu: "Ouais. C’est même un mec trop normal". Avant de raconter : "Parfois à l’Elysée ça lui arrivait d’éteindre toutes les lumières lui-même" sous le prétexte que ça "coûte trop cher". "J’me souviens d’une scène, comme ça, où il faisait tous les salons en les éteignant un par un…".

"Je ne sais pas comment ça se fait que ça ne marche pas"

Malgré ce qui s’est passé entre le chef de l’Etat et sa mère, Léonard Trierweiler a affirmé soutenir François Hollande et voter pour lui en 2017. Le jeune homme a ainsi estimé : "J’crois en ce qu’il fait. Je ne sais pas comment ça se fait que ça ne marche pas. J’ai l’impression qu’il a l’air sincère, qu’il fait tout pour que ça se passe bien, il travaille tout le temps, mais rien ne se passe. Je ne comprends pas". En ce qui concerne Nicolas Sarkozy, le jeune homme a considéré qu’il n’a pas changé. "Je pense que d’avoir perdu ça l’a rendu pire, il a encore plus la gnaque", a-t-il déclaré avant de poursuivre : "il ne cache pas ses ambitions". Léonard Trierweiler se serait d'ailleurs réconcilié avec Louis sarkozy, le fils de l'ancien président de la République, avait lequel il se disputait fréquemment sur Twitter.

Le "Gayetgate"

Léonard Trierweiler a appris la prétendue relation du président de la République et de Julie Gayet dans les journaux. Le jeune homme, très protecteur avec sa mère, a refusé de commenter l’ouvrage de cette dernière, Merci pour ce moment. Il a simplement indiqué qu’il n’avait été informé de la publication de ce livre que quelques jours avant sa sortie et qu’il avait ressenti "de drôles de sensations".

La famille Trierweiler et Twitter

Publicité
Quant à son rapport avec les réseaux sociaux et son sens de la répartie, il a expliqué que c’est uniquement de l’humour. Selon lui, beaucoup de gens donnent leur avis sur Twitter sauf qu’"on ne retient pas forcément" ce qu’ils disent. Le journaliste de Canal+ l’a également interrogé au sujet du tweet de soutien à Olivier Falorni publié par sa mère et qui avait fait polémique. Le fils de Valérie Trierweiler a reconnu que ça avait fait "un sacré bordel" et que l’ambiance avait été "tendue" à l’Elysée. Mais il a ensuite déclaré : "Moi j’me suis dit déjà quand ma mère fait quelque chose elle est grande donc j’me suis dit elle a ses raisons de faire ça si elle fait ça. Moi j’respecte ses choix".