D'après l'enquête de l'Ifop pour le Défenseur des droits publiée ce lundi, ce sont près de 4 demandeurs d’emploi sur 10 affirment avoir été victimes de discrimination à l’embauche.

37% des demandeurs d'emploi affirment avoir déjà été victimes d'une discrimination à l'embauche. L’enquête de l’Ifop révèle quatre critères majeurs de discrimination. A savoir par ordre d’importance : l’apparence physique (obésité, vêtements, etc.), le fait d’être chômeur, le sexe ou encore les origines (couleur de peau, nationalité, accent, etc.). Le handicap, l’âge, ainsi que le lieu d’habitation arrivent seulement après. Quant à l’orientation sexuelle, les opinions politiques ou syndicales, elles sont très peu citées.

Les chômeurs des Zones urbaines sensibles discriminés dès le CV

Parmi les personnes interrogées, deux différences ont été constatées. En effet, pour les demandeurs d’emploi résidant en Zone urbaine sensible (ZUS), les origines s’avèrent être le premier critère discriminant (48% contre 23% de la population des demandeurs d’emploi sur la France entière). Ces derniers témoignent d’une discrimination dès leur CV, alors que ceux ne résidant pas en ZUS parlent de discrimination faite lors de l’entretien d’embauche.

De plus, le sondage montre que 87% des demandeurs d’emploi considèrent que les discriminations sont fréquentes au moment d’accéder à un emploi. Le fait d’être enceinte est alors le critère perçu potentiellement comme le plus discriminant par les personnes interrogées.

Publicité
Ce sondage a été mené d’une part auprès d’un échantillon représentatif de 1 004 demandeurs d’emploi, interrogés en ligne du 27 juin au 16 juillet, et d’autre part auprès d’un échantillon de 502 chômeurs résidant en Zone urbaine sensible, questionnés par téléphone du 27 juin au 4 juillet.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :