Dès vendredi, un virus informatique s'est propagé à travers le monde touchant 200 000 ordinateurs. Le point sur cette attaque informatique sans précédent et les conseils pour éviter d'être infecté.

Une attaque d’une ampleur considérable. Vendredi, un virus nommé "WannaCry" ("Tu veux pleurer" en français) a été utilisé pour attaquer des ordinateurs dans le monde en entier. En tout, près de 200 000 machines dans au moins 150 pays ont été touchées jusqu’ici, rapporte Francetvinfo.

Ce virus est un logiciel de racket numérique, "ransomware" ("rançongiciel" en français). Il chiffre les données de votre ordinateur et rend inaccessibles les fichiers tant qu’une rançon de 300 à 600 $, en monnaie virtuelle, n’a pas été payée. Si l’argent n’est pas versé dans les sept jours, l’ensemble des fichiers est effacé. Ce virus exploitant une faille de sécurité dans le système de Windows, plusieurs astuces peuvent vous permettre d'empêcher la propagation de ce logiciel malveillant.

A lire aussi – Un virus informatique dangereux circule sur Gmail, attention !

Mettez à jour votre système d'exploitation et votre navigateur internet

Europol, l’agence de coopération des polices européennes, a fait plusieurs recommandations, rapportées par Francetvinfo. La mise à jour de votre système d’exploitation est conseillée, ainsi que celle de votre navigateur internet et vos applications. Il est également plus prudent d’installer un antivirus et un pare-feu sur votre ordinateur.

L'agence suggère également de ne télécharger que des logiciels depuis des sites internet sécurisés, de ne cliquer sur aucun lien ou bannière publicitaires, susceptibles de mener vers des sites malveillants et de ne pas ouvrir les mails de personnes inconnues. La sauvegarde de vos données sur un support externe est également recommandée.

Publicité
Parmi les victimes de l'attaque, on compte des hôpitaux britanniques, le système bancaire russe, l’entreprise ferroviaire allemande Deutsche Bahn ou encore le constructeur automobile français Renault, qui a temporairement arrêté la production sur son site de Douai, dans le Nord. Si pour l’instant, la propagation a été stoppée, les experts conseillent de rester vigilant. "Nous ne sommes pas à l’abri qu’une nouvelle vague survienne lundi", a déclaré Gérôme Billois, expert en cybersécurité, sur LCI.

En vidéo : Une cyberattaque sans précédent