Pour le président du Conseil français du culte musulman, il manque de nombreux lieux de culte aux « 7 millions » de fidèles. 

Dans un contexte de défiance à l’égard de l’Islam, la phrase de Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), risque fort de passer pour inopportune.

"Nous avons 2 200 mosquées. Il en faut le double d’ici deux ans", a ainsi souhaité ce dernier, samedi, lors de la Rencontre annuelle des musulmans de France.

Durant ce rassemblement, organisé par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), au Bourget, celui qui est également le recteur de la grande mosquée de Paris a fait savoir que pour les "7 millions" - les estimations tablent sur 4 à 5 millions - de musulmans en France, les mosquées déjà construites "ne suffisent pas".

"Il y a beaucoup de salles de prières, de mosquées inachevées, et il y a surtout beaucoup de mosquées qui ne sont pas construites, je pense qu'il faut le double de mosquées", a-t-il insisté sans toutefois préciser le financement de celles-ci.

"Il faut que le nombre de mosquées reflète le nombre de musulmans"

Concernant l’étendue des constructions, le président de l’UOIF, Amar Lasfar, a dit vouloir "que le nombre de mosquées reflète le nombre de musulmans (…) Nous avons le droit de construire des mosquées et que les maires ne s’y opposent pas." Mais le responsable a trouvé toutefois satisfaction : "Il y a de moins en moins de maires qui s'opposent systématiquement à la construction de mosquées." Dans une interview à Europe 1, enregistrée lundi, ce dernier a souhaité "des mosquées avec pignon sur rue, spacieuses, pourquoi pas des mosquées cathédrales."

En outre, durant ce rassemblement de cette fin de semaine, Dalil Boubakeur a veillé à dénoncer les accusations formulées contre les musulmans : "Pourquoi serions-nous des citoyens méprisés, ou des citoyens accusés ou des citoyens qui sont (sic) le fruit des amalgames, le fruit des culpabilisations… pourquoi !" Il a ensuite insisté sur la formation des imams pour qu’ils soient "des modèles de paix qui animent nos mosquées, qui sont des lieux de paix".

"100 % des lieux de radicalisation sont des mosquées"

Une proposition qui n’a pas les faveurs du FN. Son vice-président, Florian Philippot, a ainsi déclaré sur i-Télé, lundi, concernant le nombre de lieux de culte : "Je pense qu'il y en a suffisamment. J'ai entendu la demande de Dalil Boubakeur : ça veut dire trois mosquées par jour, une mosquée toutes les huit heures, ce serait le plus grand chantier de France."

Il a ensuite réitéré la demande de son parti d’un gel des constructions de mosquées tout en faisant le lien avec un possible endoctrinement à l’intérieur de celles-ci. "Toutes les mosquées ne sont pas des lieux de radicalisation, mais 100% des lieux de radicalisation sont des mosquées", a-t-il fait entendre.

"Il n’y a pas assez de mosquées en France"

Toujours sur i-Télé, le secrétaire d’État à la réforme d’État, Thierry Mandon, a répondu ce mardi au numéro 2 du FN : "C’est un argument ridicule, plus vous laissez les musulmans de France prier dans des caves et des garages, plus vous les renvoyez à une discrimination qui fonde la colère, qui fonde le terreau pour la radicalisation."

Publicité
"Il n’y a pas assez de mosquées en France, c’est évident. Il y a encore beaucoup trop de villes où la religion musulmane se pratique dans des conditions qui ne sont pas décentes. Ce n’est pas à la République d’organiser ça mais c’est un sujet.", a fait valoir le secrétaire d’État.

 Vidéo sur le même thèmeMosquées en France : "Une insuffisance qui favorise la naissance des lieux de culte clandestins"

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité