Jean-François Copé et François Fillon sont parvenus mardi soir à un accord après plusieurs mois d’opposition. Les deux rivaux se sont entendus sur de nombreux sujets, notamment celle d’une primaire à chaque élection présidentielle.

Le président de l’UMP et son rival François Fillon se sont mis d’accord mardi soir sur les questions qui ont divisé le parti, depuis le fiasco de l’élection de novembre dernier. Bien que la question d’une supposée nouvelle élection pour la présidence du parti n’ait pas encore été encore réglée, les deux hommes se sont entendus sur de nombreux sujets. Les statuts ont en effet été revus et seront proposés prochainement aux militants. Les deux ex-candidats à la présidence de l’UMP ont par ailleurs décidé que chaque élection présidentielle sera précédée par une primaire ouverte au sein du parti.

Un accord après la criseLa crise sans précédent qui a déstabilisé l’UMP en novembre dernier a laissé des traces sur le premier parti d’opposition. Et pour cause, c’est plus divisé que jamais que l’UMP a tenté au cours de l’année de s’opposer au mariage pour tous et à la politique de François Hollande.L’opposition Fillon-Copé en était venue à la scission du parti, François Fillon créant le Mouvement pour la république. Alors que l’unité a été retrouvée en janvier dernier, la paix entre les deux concurrents n’a pas pour autant été signée. Cet accord trouvé ce mardi 14 mai va ainsi permettre de clarifier les prochaines échéances électorales mais surtout les présidentielles.

Publicité
2017 à l’horizon C’est "dans un climat extrêmement positif et constructif" que Jean-François Copé et l’ex-Premier ministre ont décidé d’une primaire avant chaque présidentielles. "Pour éviter les candidatures fantaisistes", le président du parti a annoncé que le candidat à la primaire doit avoir le soutien d’au moins 10 parlementaires. Ce système de primaire, ouvrirait ainsi la porte à la candidature d’un certain… Nicolas Sarkozy.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :