Selon "RTL", le ministre de l'Education nationale s'apprêterait à jouer un rôle important dans la probable candidature de François Hollande à la présidentielle.

Un temps, on pressentait que Najat Vallaud-Belkacem ne se présente à la présidentielle en cas de désistement de François Hollande. Mais désormais, il semble quasiment acté que le président se représentera en 2017. Sur BFMtv, jeudi, le ministre de l'Education confiait d'ailleurs son envie de voir le président se déclarer candidat.

Selon RTL, qui cite une indiscrétion de Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports, le probable directeur de campagne du président sortant serait une femme. Et plus particulièrement, l'actuel ministre de l'Education nationale : Najat Vallaud-Belkacem. Pourquoi elle ? "Elle est jeune, elle est femme, elle est élue, elle symbolise le quinquennat et elle a géré le plus gros budget de l'État", souffle Thierry Braillard.

"Elle est jeune, d'origine modeste et immigrée, et cela fait bien dans le tableau"

A la radio, Mariette Sineau, chercheuse au centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), explique de son côté que Najat Vallaud-Belkacem "donne une image valorisante de la politique de François Hollande. Elle est jeune, d'origine modeste et immigrée, et cela fait bien dans le tableau. C'est une plus-value pour lui".

A lire aussi Najat Vallaud-Belkacem : découvrez le surnom qu’on lui donne au gouvernement

Pour rappel, celle qui est désormais pressentie au poste de directrice de campagne a été la première porte-parole du quinquennat mais aussi la voix de François Hollande lors de sa campagne présidentielle en 2012. "Elle a construit sa carrière grâce à François Hollande, qui l'a nommée ministre très jeune, ajoute la chercheuse. Elle ne va pas quitter le navire maintenant, cela n'aurait aucun sens. Elle a tout intérêt à jouer le jeu jusqu'au bout, pour tenter de trouver un point de chute électoral aux législatives de 2017. Le mandat de député l'aiderait à accroître sa légitimité démocratique". 

Publicité
Enfin, à LCI, Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, explique que le ministre "jouit d’un crédit auprès des Français, et d’un crédit à gauche. Même si sa réforme du collège a abîmé son image, notamment auprès des enseignants, électorat traditionnel de la gauche."

En cas de non-candidature de François Hollande, Najat Vallaud-Belkacem pourrait briguer la tête du Parti socialiste.

Vidéo sur le même thème : Najat Vallaud-Belkacem, future patronne du PS ?