Vidéos à la une
François Fillon est arrivé troisième lors du premier tour de l'élection présidentielle, ce dimanche soir. Le candidat LR sortant a appelé, lors de son discours, à voter pour Emmanuel Macron afin de faire barrage à Marine Le Pen. Un choix partagé par Alain Juppé, qui a assuré ce lundi que "le Front national nous conduirait à un véritable désastre (...) et c'est la raison pour laquelle je voterai évidemment pour", l'ancien ministre de l'Économie.
Présidentielles
Mardi, l’ancien président de la République a réaffirmé sur les réseaux sociaux son soutien au candidat Les Républicains à l’élection présidentielle. "Un choix de conviction" selon lui.
Vidéos à la une
Ce vendredi 14 avril 2017, Charles Magnien s'est penché sur les faits marquants dans le monde politique. Hier soir, Emmanuel Macron s'est exprimé devant les dirigeants d'entreprise lors du 2ème sommet des startups à Paris. Le candidat d'En marche parle parfaitement leur langue et il était comme un poisson dans l'eau. De son côté, François Fillon peut compter sur le soutien des élus locaux. Ces derniers font souvent leur discours avec des métaphores sportives. A découvrir également: Nicolas Dupont-Aignant a un élément de langage bien rodé et n'hésite pas à se montrer grossier.
Présidentielles
Référent du mouvement "En Marche !" dans le Val-d'Oise jusqu'à la semaine dernière, Mohamed Saou a été écarté de la campagne suite au dévoilement d'anciens posts sur les réseaux sociaux.
Vidéos à la une
La candidature de Benoît Hamon, à la peine dans les sondages, a du plomb dans l'aile et ce n'est pas Arnaud Montebourg qui va l'aider à se relever de cette mauvaise passe. Il était venu le soutenir ce vendredi 7 avril lors de son déplacement à l'usine BSE Electronic du Creusot. Son ancien rival à la primaire aurait refusé de vanter face aux journalistes le programme du candidat investi par le PS. "Il faut demander au candidat. Je ne suis pas chargé de porter une parole, donc démerdez-vous avec lui" , aurait-il lancé selon Libération. Pire, il se serait même permis de laisser entendre qu'il aurait été un meilleur candidat que Benoît Hamon. "Si j'avais gagné ça n'aurait pas été la même chose, j'avais un programme qui permettait de trianguler Macron..." , aurait analysé Montebourg rapporte L'Express. Paris Match parle même du "fantôme Montebourg" qui tacle Benoît Hamon. "Il va s'écrouler alors que Mélenchon peut doubler Fillon et rapprocher de Macron", aurait déclaré l'ancien ministre du Redressement productif. Peu de temps avant, le magazine Challenges révélait qu'en coulisses, Arnaud Montebourg n'hésiterait plus à ironiser sur les sondages qui n'épargnent pas Benoît Hamon.
Vidéos à la une
La division s'installe de plus en plus au sein du parti socialiste. L'annonce par Manuel Valls de son soutien à Emmanuel à la présidentielle a provoqué un choc chez plusieurs membres de l'aile gauche. Plusieurs élus s'apprêtent à demander l'exclusion de l'ancien Premier ministre de ce parti. Le PS est-il mort ? Selon Laurent Neumann, ce n'est pas la question qui se pose. Il s'agit plutôt de savoir comment faire cohabiter des personnalités en profond désaccord à l'intérieur d'une même formation politique, un nouveau PS qui a réussi à enterrer son immobilisme. Eric Brunet, lui, doute de l'utilité de ce parti dans la société française d'aujourd'hui. Il fait appel à un parti réformateur. - Bourdin Direct, du vendredi 31 mars 2017, sur RMC.
Vidéos à la une
Manuel Valls fera une annonce décisive aujourd'hui sur son soutien ou non à Emmanuel Macron. L'ancien Premier ministre a laissé entendre qu'il va se rallier à ce dernier pour faire face à Marine Le Pen. Mais cette annonce cacherait plutôt son inquiétude pour l'avenir des députés vallsistes. Ce ralliement apportera-t-il plus de crédibilité à Emmanuel Macron ? - Bourdin Direct, du mercredi 29 mars 2017, sur RMC.
Présidentielles
Ce mercredi matin, Manuel Valls a annoncé pour qui il votera dès le premier tour de l’élection présidentielle. Une décision qui va pourtant à l'encontre de ce qu'il a martelé pendant la primaire.
Présidentielles
Ce mercredi, l'ancien Premier ministre a annoncé qu'il soutiendrait son ancien ministre de l'Economie dans la course à l'Elysée, trahissant au passage Benoît Hamon, le vainqueur de la primaire de la gauche.
Vidéos à la une
Invité ce mercredi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Manuel Valls a annoncé qu'il ne voterait pas pour Benoît Hamon à la prochaine présidentielle, comme il s'y était engagé lors de la primaire à gauche, mais pour Emmanuel Macron. "Ce n'est pas un ralliement, c'est une prise de position responsable", a estimé l'ancien Premier ministre "face au danger que représente l'extrême droite".
Présidentielles
Mardi, l'ancienne présentatrice météo de TF1 a annoncé son ralliement à un candidat à l'élection présidentielle. Découvrez de qui il s'agit !
Vidéos à la une
La secrétaire d'État chargée de la Biodiversité, Barbara Pompili, a annoncé ce mardi soutenir Emmanuel Macron, devenant alors le premier membre du gouvernement à se rallier officiellement au candidat d'En Marche !. "Nous n'avons sollicité personne, elle a conscience de l'enjeu de cette élection présidentielle", a assuré sur BFMTV Christophe Castaner, député PS des Alpes-de-Haute-Provence. Si la droite, la gauche, les membres du gouvernement et les militants "se retrouvent dans le projet politique qu'Emmanuel Macron incarne, ils sont les bienvenus", a notamment lancé le maire de Forcalquier et porte-parole du candidat.
Vidéos à la une
Avec : Charlotte Chaffanjon, reporter politique au Point. - Chaque jour, Jean-Jacques Bourdin accueille dans son QG celles et ceux qui suivent la politique. Les Français demandent le renouvellement de la classe politique, RMC propose de "nouvelles têtes".
Présidentielles
Le directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, a donné sa démission au candidat de la droite et du centre à la présidentielle. Elle sera effective dès dimanche soir. Explications. 
Présidentielles
Les défections au sein même du parti LR se multiplient. Pour protester contre le maintien de la candidature de François Fillon à la présidentielle malgré sa mise en examen à venir, plusieurs membres de sa garde rapprochée quitte le navire.
Politique
Après avoir soutenu NKM puis Juppé, l'élue des Républicains a annoncé mardi son ralliement au fondateur du mouvement "En Marche !". Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont raillé son opportunisme.
Politique
Une nouvelle personnalité a rendu public son soutien à "En Marche !", le mouvement du candidat à l'élection présidentielle. Découvrez de qui il s’agit et de quelle manière il va l'aider !
Politique
Au cours du débat d'entre-deux-tours, mercredi soir, l'ancienne présidente du PCD a applaudi à plusieurs reprises les positions du vainqueur du premier tour de la primaire de la gauche.
Politique
Le président de la République a reçu un message de soutien étonnant après l'annonce de son renoncement à être candidat en 2017. 
Politique
L'ancien Premier ministre, qui a survolé le premier tour de la primaire de la droite avec 44,1%, a quasiment assuré sa victoire au second tour face à Alain Juppé grâce à de nombreux soutiens.  
Politique
Dans la course à la primaire des Républicains, la présidente de la région Ile-de-France a fait son choix : Alain Juppé plutôt que Nicolas Sarkozy. Un choix qui peut surprendre de la part d'une ancienne sarkozyste.
Politique
Selon "RTL", le ministre de l'Education nationale s'apprêterait à jouer un rôle important dans la probable candidature de François Hollande à la présidentielle.
Vidéos Argent/Bourse
Les proches de quatre Israélo-américains et d'un touriste américain, victimes d'attaques en Palestine, ont réclamé, lundi, un milliard de dollars de dommages et intérêts à Facebook. Ils accusent ce dernier d'avoir "sciemment fourni un soutien matériel et des ressources au Hamas", qui a revendiqué l'un de ces attentats. Selon une organisation qui milite pour les droits des familles de victimes d'attentats, le but de cette plainte est de forcer le réseau social à durcir ses règles contre "l'incitation" à la violence de Palestiniens en frappant le groupe américain au portefeuille. - La Minute Tech de Christofer Ciminelli, rédacteur en chef du Lab 01net.com. - 18h l'heure H, du mardi 12 juillet 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Pauline Tattevin, sur BFM Business.
Politique
Dans les tribunes du match France-Irlande, samedi, le ministre de l’Education nationale était venu soutenir l’équipe nationale. Mais son soutien est tombé à l'eau à cause d'une histoire de couleurs...
Vidéos à la une
Stéphanie Collier est revenue sur la rude épreuve à laquelle est soumis actuellement le couple Hollande-Valls. Depuis quelques jours, certains proches du président de la République critiquent en public la méthode du Premier ministre. Malgré tout, le doute ne s'est pas installé dans le couple exécutif car chacun compte toujours sur le soutien de l'autre. Leurs proches estiment d'ailleurs qu'ils sont obligés de rester ensemble jusqu'à la fin du quinquennat. François Hollande et Manuel Valls veulent gérer la loi Travail et les manifestations jusqu'au bout. Le chef de l'Etat veut en effet jouer sur cette loi lors de sa campagne présidentielle. Comment compte-t-il agir ? - Bourdin Direct, du vendredi 27 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Hier, Arnaud Montebourg a accordé une interview au Parisien. D'après Anne Rosencher, l'ancien ministre de l'Économie pourrait se présenter à la présidentielle de 2017 même si le PS n'organiserait pas de primaire pour soutenir la candidature de François Hollande. Le clan d'Arnaud Montebourg ne compte pas se laisser faire par le chef de l'État qui, selon celui-ci, se prend pour un prestidigitateur. François Hollande veut en effet éluder toutes les déchirures politiques et humaines se produisant depuis 4 ans. Mais son jeu n'a pas marché puisqu'il n'a pas su conserver son socle politique ni éviter la rupture de la gauche. - Bourdin Direct, du lundi 23 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
C'est un soutien inattendu pour Karim Benzema. François Hollande lui -même serait favorable au retour de l'attaquant du Real Madrid en équipe de France. Selon Libération, c'est le président de la Fédération française de football Noel le Graët qui a annoncé ce soutien lors d'une réunion interne
Vidéos à la une
Alors que syndicats et lycéens sont descendus mercredi dans la rue pour contester la réforme du code du Travail, le gouvernement a reçu un soutien de la droite. En effet, même si la gronde monte à gauche, plusieurs ténors de la droite jugent cette réforme nécessaire et qu'ils seraient prêts à la voter. Il s'agit d'un soutien de conviction car ils estiment sincèrement que la loi El Khomri va dans le bon sens. Par ailleurs, ils savent que dans le contexte d'explosion de la gauche, leur soutien est un véritable boulet pour le gouvernement. - Bourdin Direct, du jeudi 10 mars 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Le député FN et avocat Gilbert Collard défendra gratuitement Gaël Rougemont devant les tribunaux. Ce dernier avait pointé un fusil de chasse...
Vidéos à la une
Chanteurs, mannequins, stars de téléréalité, des centaines de stars ont multiplié leur soutien à la France suite à la tragédie qui a...

Pages

Publicité