Ils sont farouchement opposés l'un à l'autre et les combats qu'ils se livrent sont souvent féroces. Et pourtant, quelques éléments permettent d'apprécier des convergences de point de vue sur certains sujets.

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont d’un point de vue politique diamétralement opposés. Or, force est de constater que les positions qu’ils occupent les conduisent paradoxalement à présenter des points de convergence. Du sort de Jérôme Kerviel à la tentation eurosceptique, tour d’horizon des points communs que l’on peut trouver entre les éternels ennemis d’Hénin Beaumont.    

La défense de Jérôme Kerviel

Réagissant au sort de l’ancien trader de la société génarale, le leader du Front de Gauche, a comparé l’affaire Kerviel à l’affaire Dreyfus fustigeant ainsi l’acharnement judiciaire sur un innocent. "On le soutient car on pense qu’il est innocent, et nous autres à gauche sommes comme ça depuis l’affaire Dreyfus. Dreyfus n’est pas des nôtres et on l’a soutenu. Kerviel est innocent, donc on le soutient" a-t-il fait savoir poursuivant qu’"à l’époque c’était l’armée et certains milieux qui tenaient le haut du pavé à n’importe quel prix, là ce sont les banques". Une position que Marine Le Pen a commenté… favorablement.

Interrogée sur RTL, la présidente du FN a reconnu qu’elle partageait le point de vue de Jean-Luc Mélenchon allant jusqu’à affirmer : "eh bien vous voyez, parfois, Jean-Luc Mélenchon peut avoir raison. Parfois. Dans le constat, pas dans les solutions, j’ai remarqué". Elle développe ainsi un argumentaire que l’on pourrait, dans ce cas précis, également trouver dans la bouche du leader du Front de Gauche : "S’acharner sur un homme mais ne pas remettre en cause le système de la spéculation qui permet aux banques de jouer au casino avec les économies des déposants, ça je trouve que c’est un peu facile".

La sortie de l’euro

Les propositions ne sont pas exactement similaires, mais sur le fond les deux s’accordent sur la volonté de sortir de l’euro "en l’état". Jean-Luc Mélenchon s'oppose néanmoins à un retour au franc comme celui qui est prôné par Marine Le Pen. Ce que souhaite l'eurodéputé FDG, c'est la sortie de ce qu’il appelle "l’euro Merkel".

Il penche ainsi du côté de l’instauration d’un euro français. L’idée est de disposer d’une monnaie nationale parallèlement à la monnaie commune. En revanche, une rupture nette avec la monnaie unique comme celle que souhaite le parti frontiste ne correspond pas aux aspirations de Jean-Luc Mélenchon. Il n’empêche, en laissant entrouverte la possibilité d’une éventuelle sortie de l’euro, Jean-Luc Mélenchon a franchi un pas non négligeable vers les thèses défendues par Marine Le Pen.

Voir aussi : Vidéo - Marine Le Pen: "l'Union européenne nous interdit tout patriotisme économique

L'attaque des médias

Ils en sont persuadés, l’un comme l’autre seraient diabolisés par des médias complices. A tel point que chacun serait prêt à revendiquer le titre du plus pestiféré. Si le langage fleuri que Jean-Luc Mélechon consacre aux journalistes ne surprend plus personne, Marine Le Pen n’est pas en reste contre ce qu’elle qualifie de "caste" journalistique.

Récemment elle s’en est pris à une journaliste de BFM alors que son adversaire du Front de Gauche appelait à "surveiller" des journalistes du Monde et de Libération. Le procès permanent des médias est une recette que l'on retrouve chez les deux protagonistes. Ce trait commun entretient le fait qu'ils soient très souvent qualifiés de "populistes"

La lutte contre le traité transatlantique

Cette fois-ci, c’est Marion Maréchal Le Pen qui admet un point de convergence avec le Front de Gauche à l’égard du traité transatlantique au micro de BFM TV.

Ces propos succèdent à ceux de Louis Alliot qui venait d’affirmer plus tôt sur France Inter que les députés FN voteront pour la résolution de suspension des négociations apportée à par des députés Front de gauche à l’égard du traité transatlantique. Cette convergence de point de vue réside ici dans la critique de l’Europe libérale que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont en commun.

Et les différences ?

Publicité
Même s’ils présentent des points communs manifestes, les différences restent trop importantes pour que l’on puisse conclure sérieusement à un rapprochement idéologique entre les deux. En effet, des thèmes tels que la préférence nationale, la régularisation des clandestins, la peine de mort ou le mariage pour tous, en autres, sont autant de sujets qui divisent profondément Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Même si quelques éléments de forme révèlent quelques similitudes, l'abîme entre ces deux traditions politiques est trop immense. Au final, seuls quelques éléments liés au champ lexical de la critique libérale pourraient rapprocher les deux ennemis à l’instar de la forme d’expression dénonçant une "caste" médiatique qui comploterait contre eux. C'est surtout dans la gouaille et la critique de l'Europe libérale qu'ils présentent des similitudes.

En vidéo sur le même thème : Quand Jean-Luc Mélenchon croise Marine Le Pen