Celui qui se rêve chef de l’Etat en 2017 aurait tenu ses propos en 2010 lors de son retour au gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Plus de détails sur cette affaire qui pourrait bien soulever une nouvelle polémique. 

Anne Cabana sort ce mercredi son dernier livre. Un ouvrage dans lequel la rédactrice en chef du service politique du Journal du Dimanche fait de nombreuses révélations sur les ténors de la classe politique. Grâce aux extraits publiés par l'hebdomadaire, on apprend ainsi qu’Alain Juppé aurait tenu des propos très dures à l’égard des policiers et des juges. Les propos qui lui sont attribués dateraient de 2010, écrit l’auteure, au moment où le maire de Bordeaux était en train de négocier son retour au gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy. "Je ne veux pas de l’Intérieur, je n’aime pas les flics. Pas la Justice. Je déteste les juges. Il y a bien l’Ecologie, mais l’élan est passé, l’opinion s’en fiche. Et Bercy ? C’est un ministère où il n’y a que des coups à prendre : je ne veux pas être celui qui annonce la hausse des impôts. Reste la Défense", aurait-il lâché.

A lire aussi – François Hollande : un document secret pour contrer Alain Juppé dévoilé

Des propos qui font tache

Publicité
Des propos qui, à quelques semaines de la primaire de la droite et du centre et alors que les policiers sont actuellement dans les rues pour manifester, font tache. D’autant qu’il y a quelques jours, Alain Juppé avait assuré comprendre "parfaitement l’état d’esprit des policiers". Le candidat de la droite avait également regretté qu’il faille "attendre la fin du quinquennat pour qu’on se rende compte qu’il aurait fallu recruter des policiers supplémentaires".

Vidéo sur le même thème : Primaire de la droite: Alain Juppé toujours en tête 

Publicité