Sept mois après avoir été écarté du gouvernement, Jean-Marc Ayrault est sorti de son silence pour exprimer ses regrets. L’ex-Premier ministre aurait souhaité parler davantage aux Français des difficultés financières du pays.

Jean-Marc Ayrault est sorti du silence dans lequel il s’était muré depuis son départ du gouvernement en mars dernier. Sept mois après avoir quitté ses fonctions de chef du gouvernement, il s’est ainsi laissé aller à quelques confidences au micro de l’émission Vox Pop. Jouant la sincérité quant au bilan qu’il tire de son expérience en tant que Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a déclaré : "Je pense que la principale autocritique que je fais, elle concerne aussi le président de la République, c’est que nous n’avons pas assez décrit aux Français les difficultés du pays (…) la baisse du niveau de la capacité de la France, ça aurait donné plus de sens aux efforts" que nous leur demandions.

A lire aussi  - Jean-Marc Ayrault passe de "très bonnes vacances" dans son combi en Espagne

"Ce n’est pas moi qui commencerai à le critiquer"Fort de pouvoir vider son sac, l’ex-chef du gouvernement s’est également fendu d’un conseil à son successeur et au président : "Il faut dire la vérité sur l’état exact du pays, ça n’a pas été fait assez". Egalement interrogé sur ce qu’il pense de l’action de Manuel Valls, l’ancien locataire de Matignon s’est montré moins enclin aux confidences. Estimant qu’il est encore "trop tôt pour juger", il a assuré : "ce n’est pas moi qui commencerai à le critiquer. Ce qui compte c’est le résultat, pour l’instant la situation est difficile".

A lire aussi – Gouvernement Ayrault : les généreuses primes que se sont partagées les ministères

Publicité
A présent sorti de son silence, Jean-Marc Ayrault est également attendu pour savoir ce qu’il compte désormais faire. Son nom a notamment été évoqué pour succéder à Herman Von Rompuy à la présidence du Conseil européen, mais rien n’a encore été confirmé par le principal intéressé.

 Vidéo sur le même thème : Quand Montebourg critiquait le gouvernement Ayrault