Alors que l’exil fiscal de Gérard Depardieu en Belgique fait actuellement beaucoup de bruit, Jean-François Copé, le président proclamé mais contesté de l’UMP s’est rangé du côté de l’acteur, accusant le chef de l’Etat de mettre l’économie de la France en danger.

Copé s’en mêle. L’exil fiscal de Gérard Depardieu n’en finit pas de faire parler de lui. Au lendemain de la publication d’une lettre ouverte de l’acteur au Premier ministre – qui avait vivement critiqué son changement de domicile – Jean-François Copé est lui aussi monté au créneau. Dénonçant le président Hollande qui, selon lui, est "en train de mettre notre pays sur terre", le député-maire de Meaux a expliqué sur i-Télé : "Ce que je regrette surtout, c’est de voir comment le gouvernement socialiste est en train de mettre notre pays par terre, ce matraquage fiscal qui touche tous les Français, cette manière de piétiner les talents, les artistes, les créateurs, les chercheurs, les entrepreneurs, c’est une folie".  Visiblement remonté contre le chef de l’Etat, le président contesté de l’UMP a poursuivi : "Il est en train de mettre notre pays à l’envers, Monsieur Hollande, et c’est un sujet dont il faudra qu’on parle sans tabou, et je le ferai pour ma part sans tabou".

Publicité
Depardieu s’estime "injurié" par AyraultL’annonce du départ de Gérard Depardieu a suscité de nombreuses réactions. Taclé par Michel Sardou, celui qui incarnait Obélix à l’écran a même été la cible des critiques du Premier ministre. Jean-Marc Ayrault a  en effet estimé que son installation dans le Plat Pays était "assez minable". Des propos auxquels l’acteur a choisi de répondre dans une lettre ouverte publiée ce week-end dans le Journal du Dimanche. S’estimant "injurié" par le chef du gouvernement Hollande, celui qui a soutenu Nicolas Sarkozy pendant la dernière campagne présidentielle a annoncé son intention de rendre son passeport français en vue de demander la nationalité belge. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité