Le 23 octobre dernier, le personnel en grève de l'Auberge de la Vieille Tour, en Guadeloupe, a repris subitement le travail pour accueillir la ministre de l'Ecologie.

"Ségolène ministre de la reprise du travail ?" Pour le Canard Enchaîné, c'est un fait certain.

A lire aussi : Ségolène Royal sous le charme de l'Île Maurice ?

Selon le journal satirique, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, accompagnée de George Pau-Langevin, devait se rendre, du 22 au 25 octobre, en Guadeloupe afin d'assister à la conférence internationale sur la biodiversité et le changement climatique.

Problème : une grève éclate dans son hôtel un jour avant sa venue. Les négociations, avec les propriétaires et la préfète Marcelle Pierrot, ont duré jusqu'au jour fatidique. Mais face à l'ampleur de l'évènement, les employés ont rapidement repris leurs fonctions.

Ils ont, en effet, obtenu ce qu'ils réclamaient, à savoir le versement de la totalité de leur "prime vie chère". Instaurée en 2009, elle doit être versée tous les mois à hauteur de 200 euros, ce que les employés de la Vieille Tour réclamaient depuis trois ans sans en avoir vu un centime.

Une réclamation uniquement accordée grâce à la venue de Ségolène Royal dans le plus bel hôtel de l'île.

Publicité
Cependant, dans d'autres hôtels - le Salako, le Prao et le Clipper - la grève bat toujours son plein. "Patience, avec un peu de chance, d'autres ministres y séjourneront lors de leur prochain séjour dans l'île", raille Le Carnard Enchaîné.

A voir sur le même thème : Le monde libéral en grève