L'absentéisme est devenu une habitude chez certains élus du Conseil de Paris, malgré des sanctions imposées par Anne Hidalgo depuis 2014.

En 2014, la maire de Paris Anne hidalgo voulait mettre un terme à l'absentéisme au sein du Conseil de Paris. À travers son nouveau règlement, en vigueur depuis l'année dernière, des pénalités financières de 10% sont désormais infligées à chaque élu qui manque d'assiduité. Une mesure qui n'empêche pas certains de fréquemment manquer à l'appel. Selon le Parisien, l'absentéisme reste encore important sur les bancs de l'Hôtel de Ville de Paris.

Parmi les abonnés absents, le quotidien cite, entre autres, Marielle de Sarnez (MoDem) et Pierre Lellouche (LR) mais surtout Rachida Dati (LR). Des élus qui n'auraient pas été découragés par les sanctions sur leurs indémnités mensuelles d'un montant de 3463 euros net. De son côté, l'eurodéputée centriste Myriam El Khomri estime qu'il s'agit de mesures "totalement absurde(s)".

Dati une nouvelle fois montrée du doigt

Publicité
Déjà attaquée au sujet de son manque d'assiduité au Parlement européen, Rachida Dati a tenu à se justifier. Le journal publie ainsi une des lettres que l'ancienne Garde des sceaux à l'habitude d'envoyer à la maire de Paris. Celle-ci, envoyée le 16 décembre 2014, excuse une absence 15 au 17 en raison "d'engagements à la mairie du 7ème dont une remise de médaille à une centenaire" et "le Noël des gardiens et gardiennes". L'élue y évoque également le cumul des mandats. Une difficulté que rencontre également Pierre Charon, sénateur agaçé par le règlement mis en place par Anne Hidalgo: "Quand on est absent, ce n'est pas parce qu'on est en vacances au Brésil! On travaille!"

Vidéo sur le même thème : Attentat déjoué : Rachida Dati tacle Manuel Valls, mais défend Bernard Cazeneuve

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité