Le ministre des Finances a recruté en tant que directeur de cabinet un ancien haut dirigeant de la banque française. Pour pallier tout conflit d'intérêt lié à l'affaire Kerviel, Michel Sapin a pris ses précautions.

A Bercy, il paraît que l'on est gêné par ce recrutement. Comme l'indique BFMtv, Michel Sapin a recruté à la tête de son cabinet Thierry Aulagnon, ancien haut dirigeant à la Société générale.

Sauf que cette nomination intervient quelques semaines avant une décision de justice très attendue dans l'affaire Kerviel, qui oppose l'ex-trader Jérôme Kerviel à son ancienne banque, la SG. Le 23 septembre prochain, la cour d'appel de Versailles pourrait annuler les dommages-intérêts demandés par la banque à son ancien trader. Dans ce cas, Bercy pourrait réclamer à la Société générale les 2,2 milliards d'euros que l'Etat avait accordé à la banque pour compenser la perte de 4,9 milliards d'euros imputée aux agissements de Jérôme Kerviel.

A lire aussi Un enregistrement secret pourrait relancer l’affaire Kerviel

Pour ne pas prêter le flanc à des critiques sur un possible conflit d'intérêt, le ministre avait consulté la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) avant de nommer à son poste Thierry Aulagnon. Ce dernier a pris ses fonctions le 3 août dernier.

Michel Sapin a pris ses précautions

Précautions supplémentaires : Michel Sapin "a écrit à ses collaborateurs en leur demandant de court-circuiter le nouveau directeur de cabinet pour toute question relative à la Société Générale", selon une lettre dont l'AFP a eu copie. 

Ancien énarque, Thierry Aulagnon avait déjà été, de 1992 à 1993, directeur de cabinet de Michel Sapin, à l'époque également ministre des Finances.

Publicité
Par la suite, l'homme est parti travailler dans le secteur financier, devenant directeur général de l'assureur Gan, puis haut dirigeant à la Société générale, avant de prendre sa retraite en 2015. 

Vidéo sur le même thème : Michel Sapin et "l'affaire de la culotte" : quand la toile s'enflamme

Publicité