Le président de l’Assemblée nationale a annoncé ce mardi matin qu’il ne présidera plus les séances de questions au gouvernement et ce, au moins jusqu’à la tenue des élections régionales de décembre prochain. Découvrez pourquoi.

Claude Bartolone renonce à monter au perchoir pendant les séances de questions au gouvernement. Le président de l’Assemblée nationale l’a en effet annoncé ce mardi matin au micro de BFM TV. Une décision qui fait suite à sa candidature aux élections régionales de décembre prochain. "(Je serai président) jusqu’aux élections, mais je ne présiderai plus les questions au gouvernement. J’avais pris cet engagement pour éviter une partie de diffusion de l’image institutionnelle pendant la campagne", a-t-il expliqué. Candidat en Ile-de-France, Claude Bartolone ne montera donc plus au perchoir au moins jusqu’à la tenue des élections et plus jamais s’il jamais il vient à être élu.

"Je monterai dans les moments où l’Assemblée travaillera sans qu’il y ait ce focus télévisé que représentent les questions au gouvernement", a-t-il également précisé. Concrètement, il continuera donc d’assumer ses fonctions de président de l’Assemblée nationale et sera uniquement remplacé au moment de ces fameuses questions. Son intérim devrait quant à elle être assurée par ses vice-présidents. Une modification qui sera mise en place dès la semaine prochaine, le mercredi 9 septembre.

"On ne va pas commencer à distribuer les postes"

A lire aussi – Jean-Marc Ayrault se verrait bien au perchoir

Publicité
Et alors que Jean-Marc Ayrault, l’ex-Premier ministre a confié lundi qu’il était "disponible" pour assurer la présidence de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone a également profité de son passage sur BFM TV pour remettre les choses au clair. "On ne va pas commencer à distribuer les postes avant que les électeurs aient choisi s’ils me veulent comme président de la région", a-t-il martelé.

Vidéo sur le même thème - Régionales : Claude Bartolone se fait chahuter par l'opposition et éclate de rire