Le Point révèle ce jeudi 30 octobre que Bastien Millot, Guy Alvès et Franck Attal se seraient personnellement enrichis avec l'argent de l'UMP.

Dans son édition du 30 octobre, Le Pointrévèle que l’argent de l’UMP "n’a pas servi qu’à financer la campagne de Nicolas Sarkozy" en 2012. En effet, l’hebdomadaire affirme détenir les preuves de l’enrichissement personnel de trois proches de Jean-François Copé : Bastien Millot, Guy Alvès et Franck Attal. Selon cette enquête, ces trois-là "se sont grassement rémunérés".

Lire aussi : Bygmalion : la siège de l'UMP perquisitionné

Et pour cause, nos confrères évoquent des sommes astronomiques allant jusqu’à un million d’euros. "Entre 2011 et 2013, Bygmalion a versé près d'un million d'euros à BM Consulting, la société de conseil de Bastien Millot, 380 000 euros ont atterri directement sur ses comptes, et 365 000 euros faisaient un détour par une autre de ses sociétés, BM Patrimoine, enregistrée depuis au nom de sa mère" explique alors Le Point.

Publicité
Et l’année 2012 fut particulièrement rentable pour Bastien Millot et Guy Alvès. En effet, le magazine affirme que ces derniers ont récupéré près d’un million d’euros provenant de l’UMP "via leur holding personnelle". En outre, Le Point met également en évidence la méthode de surfacturation, comme était le cas pour la campagne de Nicolas Sarkozy.   

En imagesBygmalion : tous les protagonistes de cette vaste affaire

Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est le personnage central

Nicolas Sarkozy

C’est pour masquer les folles dépenses de sa dernière campagne présidentielle que l’UMP aurait décidé de surfacturer des évènements et ainsi, ne pas dépasser la somme de 22 millions d’euros autorisée.

Me Patrick Maisonneuve

L’avocat de Bygmalion accuse l’UMP d’avoir surfacturé des évènements à son client en 2012.

Jérôme Lavrilleux

L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé a récemment avoué sur le plateau de BFM TV avoir tenté de dissimuler l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans.

Bastien Millot

Proche de Jean-François Copé, il a fondé Bygmalion en 2008 avec Guy Alvès.

Dominique Dord

  L’ancien trésorier de l’UMP (de 2010 à 2012) a récemment été entendu par les enquêteurs. Il doit notamment répondre de faux et usage de faux, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel.

Guillaume Peltier

  Le vice-président démissionnaire de l’UMP est visé dans une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts présumés. Son domicile a d’ailleurs été perquisitionné mardi. L’enquête fait suite à une plainte déposée en décembre 2012 par l’association de lutte anticorruption Anticor et à une décision du maire UMP de Menton, Jean-Claud...

Patrick de Carolis

  L’ancien PDG de France Télévisions est lui aussi mêlé à l’affaire Bygmalion, dans son volet télévisuel.

Camille Pascal

  Le secrétaire général de France Télévisions a lui aussi été mis en examen dans le cadre du volet télévisuel de l’affaire Bygmalion.

Autres diaporamas

Publicité
Publicité