Deux des trois responsables de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy présentés aux juges d'instruction ce vendredi ont été mis en examen dans le cadre de l'affaire Bygmalion.

Mise à jour 18h30 : Selon une source judiciaire, Guillaume Lambert, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, a également été mis en examen. 

 

Après 48 heures de garde à vue, trois protagonistes de la précédente campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy ont été entendus par les juges d'instruction ce vendredi. Premiers à passer devant les juges, le député UMP Philippe Briand et Philippe Blanchetier, un avocat du parti, ont été mis en examen pour usage de faux et escroquerie. Guillaume Lambert, directeur de campagne et aujourd'hui préfet de Lozère pourrait subir le même sort.

Une fraude à 18,5 millions d'euros

Les trois hommes sont soupçonnés d'avoir participé au présumé système de fausses factures pour le compte du candidat UMP. Celui-ci consistait en l'émission de fausses notes par la société de communication Bygmalion au parti de droite. En surfacturant des événements de campagne ou en les inventant, l'astuce aurait permis au parti de droite de prendre en charge environ 18,5 millions d'euros de dépenses. Une somme cachée pour éviter de dépasser le plafond budgétaire autorisé à chaque candidat.

A lire aussi - Bygmalion : trois responsables de campagne de Sarkozy devant les juges d'instruction

Mises en examen

Publicité
A l'heure actuelle, deux des trois responsables ont été mis en examen pour usage de faux, escroquerie, recel d'abus de confiance et complicité de financement illégal de campagne électorale. Philippe Briand et Philippe Blanchetier, qui participaient au "suivi financier" de la campagne, s'ajoutent aux sept personnes déjà mises en examen dans cette affaire. Guillaume Lambert pourrait être la 10ème.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :