Alors qu’un attentat contre des églises en France se tramait, dimanche dernier, retour sur ces pays où la religion chrétienne est mise à mal.

"En janvier, c’est la liberté d’expression, les forces de l’ordre, les Français juifs qui ont été visés", a déclaré le Premier ministre, Manuel Valls, en déplacement mercredi dans les églises de Villejuif, après qu’un attentat les visant a été déjoué par les forces de l’ordre, dimanche dernier. "Cette fois-ci, poursuit-il, sans doute (...) c’étaient les chrétiens, les catholiques de France qui étaient visés."

Si la crainte pour les chrétiens de subir des attaques en France est nouvelle, elle est en revanche malheureusement quotidienne dans nombre de pays. Ainsi, on estime que 150 à 200 millions de fidèles du Christ sont persécutés à travers la planète.

Dans un classement publié en début d’année par l’ONG protestante "Portes ouvertes", la Corée du Nord, la Somalie et l’Irak sont en tête des pays les plus répressifs. Sur les 50 pays indiqués, 40 sont issus du monde musulman alors qu’aucun pays européen n’est présent. Parmi les pays non-musulmans incriminés, beaucoup se situe en Asie : Chine, Vietnam, Inde, etc.

A lire aussiAffiche du concert "Les Prêtres" : la RATP rétablit la mention polémique

"Le niveau de persécution des chrétiens augmente partout dans le monde", déclarait à La Croix, le président de l’ONG, Michel Varton qui précise, à propos de la Corée du Nord, la Somalie et l’Irak : "Dans ces pays, si l’on découvre que vous êtes chrétien, vous êtes tués ou disparaissez dans des camps."

Églises incendiées, conversion forcée, exil…

Les massacres de chrétiens et les destructions d’églises font malheureusement l’actualité ces derniers jours. Le 19 avril, les forces armées de l’État islamique ont diffusé une vidéo montrant la décapitation de 28 éthiopiens présentés comme chrétiens. En février déjà, une autre vidéo montrant l’assassinat de 21 chrétiens coptes, en grande partie Égyptiens, avait provoqué l’effroi. En Irak et en Syrie, où l’Etat islamique fait sa loi, les chrétiens se voient imposer un ultimatum macabre : se convertir à l’islam ou payer un tribut. En l’absence de choix, la mort les attend. Ainsi, bon nombre préfèrent choisir l’exil forcé dans les pays limitrophes.

Au Mali et au Nigéria, les communautés chrétiennes sont la proie des islamistes de Boko Haram. "Des hommes chrétiens ont été abattus et décapités, des femmes forcées de se convertir à l’islam et mariées à des terroristes" affirmait à La Croix Gideon Obasogie, porte-parole du diocèse de Maiduguri, la capitale de Borno (nord-est du Nigéria). Régulièrement, des églises, écoles et bâtiments religieux chrétiens sont incendiés par les hommes de cette secte islamiste.

Publicité
"Aujourd’hui nous voyons nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux ou souvent avec notre silence complice", déclara le pape à la fin du Chemin de Croix, le 4 avril - jour du Vendredi Saint - s’adressant au Christ, "prince de la paix".

Vidéo sur le même thème : Chrétiens d'Orient : un génocide ?