Face à la grogne des petits épargnants, le gouvernement recule. Bernard Cazeneuve a annoncé que les PEA, PEL et l’épargne salariale ne seront finalement pas soumis à la taxe de 15,5%, comme il en était question. Seuls certains produits d’assurance-vie seront concernés.

© AFP

Le gouvernement recule. Après le tollé suscité par l’annonce d’une prochaine taxe à 15,5% des produits d’épargne, Bercy a finalement décidé d’abandonner cette mesure. Dans une interview accordée au JDD, Bernard Cazeneuve l’a confirmé. « Nous avons décidé d'amender le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour sortir les PEL, les PEA et l'épargne salariale de la mesure pour épargner les patrimoines moyens et modestes » a indiqué le ministre du Budget.

Une mesure impopulaireLa hausse des prélèvements sociaux sur les produits d’épargne devait servir à financer la Sécurité sociale, dont le déficit reste toujours un problème pour l’Etat. Avec une taxation à 15,5%, ce sont 600 millions d’euros que le gouvernement espérait voir rentrer dans ses caisses. La mesure avait même été adoptée en première lecture à l’Assemblée, mais la grogne des associations d’épargnants, ainsi que les désaccords d’un certain nombre de députés socialistes a fait plier le gouvernement, qui souhaite avant tout éteindre l’incendie du « ras le bol fiscal » des Français.

Un souci de « justice » pour le gouvernementSamedi déjà, Jean-Marc Ayrault avaient indiqué que des « améliorations » seraient apportées au projet de loi concernant le PEL et le CEL, dans un souci de « justice », de « simplification », mais surtout de « stabilisation de la fiscalité de l'épargne pour que les Français soient rassurés ». « Nous entendons donc les inquiétudes et nous voulons, en lien avec la majorité, y mettre un terme. La droite veut semer la peur. Nous, nous voulons l'apaisement et la clarté » avait affirmé le Premier ministre. Même son de cloche de la part de Pierre Moscovici. « Il y a d'abord un état d'esprit, et cet état d'esprit, c'est d'entendre les inquiétudes » a déclaré dimanche matin sur Europe 1 le ministre de l’Economie. Une marche arrière raillée par l’opposition, qui moque le « manque de vision » du gouvernement et dénonce un exécutif « baladé d'un endroit à un autre, qui ne sait plus où il va, qui est obligé de faire marche arrière tellement ses décisions sont impopulaires et incompréhensibles pour les Français ».

Publicité
L'écotaxe elle aussi assouplie ?Sur la question de l’écotaxe, le gouvernement pourrait également revoir sa copie. Après des jours de manifestations et des affrontements ce week-end en Bretagne, l’Etat semble là aussi désireux de mettre un terme à la colère des agriculteurs. Stéphane Le Foll a indiqué dimanche soir avoir « parfaitement entendu » et « parfaitement compris » le message. Le ministre de l’Agriculture a déclaré qu’il ferait dès ce lundi « des propositions au Premier ministre », promettant « des mesures pour l’agriculture et l’agro-alimentaire ».