On le sait désormais, les entreprises seront mieux loties que les particuliers dans le Budget 2014. Mais tous les particuliers ne seront pas non plus soumis au même traitement. Qui va y gagner ? Qui va y perdre ? Planet.fr vous propose de faire le point.

On connait désormais un peu mieux la teneur du Budget pour 2014. Si les entreprises seront celles qui s'en sortiront le mieux, les particuliers ne seront pas tous logés à la même enseigne non plus... Certains perdront beaucoup plus que d'autres, selon LaTribune.fr qui fait le point sur les gagnants et les perdants du Budget de l'année prochaine. 

Un point sur lequel il n'y aura pas de différence : la TVA ! Elle concernera tout le monde, indifféremment des moyens financiers. Le plus petit taux passera de 5,5% à 5%, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, mais les autres vont augmenter. Ainsi, le taux à 7% passera à 10% et concernera toutes les personnes qui vont au restaurant, font des travaux de rénovation... Il faudra compter au total, pour ces services-là, sur une hausse de 42% de taxation. Le taux normal, lui, passera de 19,6% à 20%.

Concernant la hausse des cotisations de retraite, elle touchera l'ensemble des salariés du privé. Elle commencera par 0,15 point en janvier prochain, pour financer la réforme prévue, puis augmentera encore de 0,1 point, pour financer les carrières longues, et enfin une troisième de 0,004 point pour financer les retraites complémentaires.

Les familles des classes moyennes supérieures les plus touchéesC'est du côté de l'impôt sur le revenu que les différences se verront bien plus. En effet, ce sont surtout les familles de classe moyenne supérieure qui seront touchées. Aujourd'hui à 2 000 euros, la réduction d'impôt par enfant sera limitée à 1 500 euros, et les réductions d'impôts pour enfant scolarisé vont disparaître. La scolarisation d'un enfant permettait en 2013 de déduire 61 euros pour un collégien, 153 euros pour un lycéen, et 183 euros pour un étudiant.

Et les retraités qui ont eu une famille seront eux aussi mis à contribution : si ces retraités ont eu trois enfants, et touchent en conséquence une majoration de 10% sur leur pension de retraite, ils seront désormais également imposé sur cette majoration. Mais pour les familles les moins aisées, un système de décôte avantageux est toujours prévu.

Publicité
Enfin, intéressons-nous au cas des épargnants, qui profiteront encore en 2014 d'un abattement de 25% sur les cessions de bien immobiliers de rapport, et d'une détaxation intégrale dès 22 ans de détention, et non plus 32 ans. Pour les plus-values mobilières, inclues dans le revenu imposable, il sera possible de bénéficier d'abattements dès 8 ans de détention. Cependant, pour les plus riches épargnant, le Budget 2014 ne sera pas si intéressant que ça puisque les intérêts liés à un compte épargne logement ou à une assurance-vie entreront en compte pour le revenu soumis à l'ISF.