Revue du web
Avec L'Opinion
Le Fonds monétaire international devrait accepter une participation de principe au plan d’aide
Vidéos à la une
Des maisons littéralement éventrées : voilà la conséquence la plus visible du séisme qui s'est produit ce lundi en mer Egée et qui a fait d'importants dégâts sur l'île grecque de Lesbos. La secousse d'une magnitude de 6,3 a provoqué la mort d'une femme de 43 ans et fait une quinzaine de blessés à Vrisa, un village où les habitants sont sous le choc. Evangelos Valelis connaissait la victime : 'Elle laisse derrière elle deux orphelins. Et leur père est grièvement blessé. Vous pouvez voir le village. En fait, il n'y a plus de village. Désormais, c'est un village fantôme. Notre vie a radicalement changé en l'espace de quelques secondes.' Kostas Kalantzis habite Vrisa : 'Trois maisons - la mienne, celle de ma mère et celle de ma belle-mère - ont été totalement détruites. Mais quand les gens sont en bonne santé, au moins o n peut tout reconstruire.' Selon le ministre grec de la Protection civile, 70 à 80 % des maisons du village sont hors d'usage. Les secours s'affairent pour remettre en état les routes et rétablir l'électricité sur l'ensemble de l'île, où plusieurs répliques ont été ressenties. Michalis Arampatzoglou est notre envoyé spécial à Lesbos : 'Les habitants de Vrisa constatent les dégâts causés par ce tremblement de terre dévastateur. Hier encore, juste ici, on trouvait l'école primaire du village. Maintenant, les gens tentent désespérément de sauver ce qu'ils ont mis toute une vie à construire.' #Grèce : #Lesbos s'attaque aux réparations des dégâts du #séisme (VIDEO)https://t.co/zC9Wv9yA3m pic.twitter.com/oVipM0OVCH- RT France (@RTenfrancais) 13 juin 2017
Vidéos à la une
La Terre a tremblé cette nuit à Lesbos, faisant un mort dans la ville de Visra, la plus touchée. Cette localité abritaient 800 habitants, dont la plupart sont à la retraite. Le séisme, d'une magnitude de 6,1, a également fait une dizaine de blessés sur cette île grecque. 'Il n'y a plus de maison, se lamente Kostas, un habitant qui a tout perdu. Ici il y avait aussi ma voiture. Il n'y a plus d'avenir ici, il faut partir (...). Nous n'avons pas le choix, nous deviendrons des réfugiés dans notre propre pays. Le gouvernement n'aidera pas. Il fera juste des promesses, comme toujours. L'armée a mis en place plusieurs tentes pour héberger les sinistrés de Visra, près du stade de football. de nombreux migrants échouent à Lesbos, mais ils se trouvent dans des centres du nord de l'île. 'La plupart des vieilles maisons de Visra se sont effondrées, raconte notre correspondant. Les habitants de Lesbos ont aidé des milliers de migrants et de réfugiés ces deux dernières années. Maintenant ce sont ces habitants quiont besoin d'aide pour reconstruire', conclut notre correspondant Michalis Arampatzoglou.
Vidéos à la une
Des cars de police verrouillent les accès de l'ancien aéroport d'Hellinikon dans la banlieue d'Athènes. Une barrière pour permettre l'expulsion de 490 migrants, principalement Afghans. Des hommes, des femmes et des enfants qui avaient trouvé refuge ici il y a plus d'un an lors de l'immense afflux de réfugiés en Grèce. Faute de mieux les autorités avaient mis en place cette solution temporaire. Des militants se sont regroupés aux abords du site pour protester contre leur expulsion. 'Nous sommes très inquiets. C'est comme si la police avait arrêté les réfugiées avec lesquelles nous étions en contact. Ile n'ont pas pris leur téléphones. Nous avons peur. Nous ne savons pas où ils sont. Nous avons entendu dire qu'ils les avaient transféré vers un centre d'expulsion, qu'ils allaient les expulser', explique Maria Mpikaki, une militante. La majorité d'entre eux seront transférés dans un camp organisé à Thèbes, à 100 km au nord d'Athènes. Les hommes seuls, sans famille, y seront transférés plus tard après un contrôle d'identité par la police. Des protestations ont eu lieu ces derniers mois au sujet de ce camp, situé dans l'ancien aéroport et sur d'anciens sites des Jeux olympiques de 2004 abandonnés. 'Après 365 jours, nous espérons vraiment que l'Etat va les transférer ver un camp plus approprié. Ils ne seront pas emmenés vers un nouvel Hellinikon. Ça n'aurait pas de sens'. explique Yiannis Konstantatos, le maire d' Elliniko-Argyroupoli. A l'époque des milliers de réfugiés avaient envahi les quais du port du Pirée, près d'Athènes et le site de Hellinikon tandis que des milliers se sont dirigés vers le camp improvisé d'Idomeni à la frontière greco-macédoine, dans le nord du pays, pour passer dans des pays du nord de l'Europe avant la fermeture des frontières en mars 2016. Grèce : vers la fermeture du camp de réfugiés d'Hellinikon https://t.co/mSkQBY9U9N via InfoMigrants_fr CarreteroLeslie- amnestypresse (@amnestypresse) 24 mai 2017
Vidéos à la une
La Grèce devra encore patienter. Lundi soir à Bruxelles les ministres de l'Eurogroupe ne sont pas parvenus à s'entendre ni sur le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide ni sur un allègement de la dette grecque. Or le temps presse : Athènes doit rembourser en juillet 7 milliards d'euros de créances. Mais ce n'est que partie remise. Pour le commissaire européen aux affaires économiques, la Grèce a déjà fait de gros efforts. Et un accord de l'Eurogroupe pourrait être obtenu dans trois semaines. Sans-abri, personnes vivant de restes : en #Grèce la crise n'est pas finie ArisMessinis atzortzinis EleftheriosElis pic.twitter.com/eR9CENSmWN- AFP Athenes (afpathenes) 22 mai 2017 Pour contenter ses créanciers, le gouvernement d'Alexis Tsipras a fait adopter le 18 mai de nouvelles mesures très douloureuses malgré les grèves et les manifestation. Au total, 4,9 milliards d'euros d'économies, via de nouvelles coupes dans les retraites et des hausses d'impôts. Ces mesures s'appliqueront entre 2019 et 2021. Astreinte à une curre d'austérité sans précédent depuis 2010, la Grèce peine à sortir de la récession : son PIB a reculé de 0,5% sur un an au premier trimestre, après une croissance zéro en 2016. La #Grèce a voté un nouveau train d'austérité, aux créanciers de jouer à présent prévient le MinFin tsakalotos https://t.co/Mes3qeLDJF #AFP pic.twitter.com/p0SIDG5hyH- AFP Athenes (afpathenes) 21 mai 2017 Avec Agences
Vidéos à la une
Après le vote par le Parlement de nouvelles mesures d'austérité, la Grèce attend désormais le déblocage d'une nouvelle tranche de prêts et un geste des créanciers sur l'allégement de la dette. Les Grecs vont être confrontés à de nouvelles hausses d'impôts et à des coupes dans les retraites. Dans les rues d'Athènes, la colère gronde. 'Qu'on ne vienne pas me dire qu'on est sur la voie de la croissance, des réformes, alors qu'en même temps les prix augmentent, les salaires sont réduits et les pensions de retraite aussi. Où est la croissance ? Tous les magasins ici sont fermés', s'insurge cet homme. Ce nouveau paquet de mesures était réclamé par l'UE et le FMI pour qu'Athènes puisse rembourser notamment quatre milliards d'euros à la BCE en juillet et deux milliards à des investisseurs privés. 'Il faut trouver un moyen de résoudre le problème de la dette, obtenir une promesse sur la manière de le résoudre et ensuite, en fonction de cela, la Banque centrale européenne pourra nous inclure dans l'assouplissement quantitatif. Avec cette base, et peut-être une ligne de crédit préventive, la Grèce pourra revenir progressivement sur les marchés' estime Kostas Melas, professeur à l'Université Panteion. Depuis le début de la crise, il y a sept ans, l'économie du pays peine à sortir de la récession. Après une croissance nulle l'an passé, le PIB s'est de nouveau contracté au premier trimestre. 'Les nouvelles mesures sont désormais incluses dans la loi. Le gouvernement grec souligne les contre-mesures qui ont été votées et affirme que c'est le début de la fin de la crise. La population, cependant, redoutent encore plus d'austérité', explique notre correspondante à Athènes, Nikoleta Drougka.
Vidéos à la une
La grogne se manifeste de nouveau en Grèce, encore et toujours contre l'austérité. Ce mercredi, c'est la grève générale dans le public comme le privé. En cause, les énièmes mesures de rigueur envisagées pour obtenir la prochaine enveloppe des créanciers. Parmi ces mesures, une nouvelle baisse des retraites en 2019. Les impôts seraient aussi relevés à partir de 2020. 'Si ces mesures passent, nous serons dans une situation très difficile. Et ceux qui parlent de croissance n'en parlent pas pour nous ou nos enfants, mais pour les riches', se lamente un retraité. 'C'en est assez du pillage des travailleurs et des retraités. Ils nous ont déjà conduits très bas', renchérit une femme. Le parlement doit se prononcer sur ces mesures d'ici vendredi au plus tard. L'objectif est d'économiser près de 5 milliards d'euros. En attendant, les transports en commun de la capitale sont à l'arrêt. Les métros, les bus, les tramways mais aussi les trains et certaines liaisons par ferry entre les îles grecques sont concernés. Les écoles sont fermées et les hôpitaux tournent au ralenti. Grèves en #Grèce, les syndicats manifestent contre l'austerité - vidéo afpfr https://t.co/J5SqqXDZmF- Tom Little (_Tom_Little) 17 mai 2017
Vidéos à la une
Les migrants étaient cachés dans une trappe au fond d'un camion à la frontière bulgare. Ils ont été interpellés par la police grecque à l'occasion d'un vaste coup de filet. Au total deux organisations ciminelles ont été démantelées et dix-sept trafiquants ont été placés en détention. Parmi eux une majorité d'Irakiens et de Grecs. _Les trafiquants utilisaient des compartiments spéciaux dans les véhicules pour transporter les migrants', explique Theodoros Chronopoulos, porte-parole de la police. 'Ils ont utilisé cette méthode à au moins cinq reprises pour permettre la sortie illégale du pays de 29 personnes vers l'Italie'. D'après les témoignages de migrants, les trafiquants leur réclamaient 3000 euros par passage. Cette opération policière intervient en pleine polémique. Un procureur italien affirme que de fausses ONG favoriseraient la traversée de centaines de migrants en Méditerranée. Trafic de migrants : Les ONG démentent toute collusion avec les trafiquants d'êtres humains https://t.co/WhiCWj8oYy- Le Monde Afrique (@LeMonde_Afrique) 24 avril 2017 Avec Agences
Vidéos à la une
La justice grecque refuse toujours de cèder aux injonctions de Ankara. La cour a encore rejeté la demande d'extradition de trois des huit militaires turcs réclamés par leur pays. Dans les semaines à venir, elle se prononcera sur les cinq autres cas. En janvier, la cour suprême avait refusé déjà l'extradition, et Ankara avait fait appel. #Grèce: la justice refuse l'extradition des huit militaires turcs, la #Turquie furieuse https://t.co/vf5vSiHr81 #AFP pic.twitter.com/uGoSFVdPWv- AFP Athenes(@afpathenes) 26 janvier 2017 Ces hommes se sont réfugiés en Grèce après le coup d'Etat manqué de juillet, assurant que leur vie étant en danger. Ils se disent innocent des accusations lancées par la Turquie, notamment de la tentative d'assassinat du président Erdogan. Le coup d'Etat manqué a été puni par une répression féroce en Turquie. Une purge sans précédent qui a touché les militaires mais aussi les magistrats ou encore les professeurs.
Vidéos à la une
Un bateau de migrants a fait naufrage au large de l'île de Lesbos en mer Égée. 16 corps ont été repêchés, et les recherches se poursuivent pour trouver d'autres disparus. Selon les deux Africaines rescapées du naufrage, 25 personnes se trouvaient à bord. Deux enfants sont morts noyés. Le bateau, en provenance des côtes turques, a coulé pour des raisons inconnues dimanche dans la nuit. Il n'avait pas été signalé en détresse. Eight Dead as #Migrant Boat Sinks off #Greece's Lesbos https://t.co/hz2YdZQl5S pic.twitter.com/4sjp1CfgKH- The training team (@4amtraining) 24 avril 2017 Des centaines de milliers de migrants ont rejoint, via la Turquie, les îles grecques, dans l'espoir d'une vie meilleure en Europe. Pope Francis (Pontifex) compares migrant centres to concentration camps followingvisitto camp on #Lesbos: https://t.co/xxxHtujSBk pic.twitter.com/rZnKJtTDyx- The New Daily (TheNewDailyAu) 24 avril 2017 Mais l'accord l'an dernier entre l'UE et Ankara, prévoyant le renvoi de ces migrants en Turquie, a fait baisser le nombre de traversées de façon significative.
Vidéos à la une
A un peu plus d'une semaine du référendum du 16 avril, les Turcs expatriés continuent de se rendre aux urnes dans les ambassades et consulats. A Athènes, ils étaient nombreux ce samedi à venir glisser un bulletin dans l'urne. A Erbil, capitale du Kurdistan irakien, le consulat a ouvert ce samedi matin. Les Bagdadis pouvaient aussi voter à l'ambassade. Plusieurs milliers de Turcs résident en Irak. En tout, trois millions de Turcs vivent à l'étranger dont près de la moitié en Allemagne. Le projet de réforme constitutionnelle voulu par le président Erdogan prévoit un renforcement de ses pouvoirs et la suppression pure et simple du poste de Premier ministre. Le chef de l'Etat turc accuse les partisans du non de faire le jeu des 'terroristes' et des 'putschistes'.
Vidéos à la une
Documenta, l'une des plus importantes expositions d'art modernes d'Europe, s'ouvre à Athènes samedi 8 avril. Composée de milliers d'olives vertes et noires, l'une des oeuvres s'intitule Paiement de la dette grecque en Allemagne aux olives et à l'art. Intitulée Learning from Athens 8apprendre d'Athènes), la quatorzième édition de Documenta s'intéresse aux conflits économiques et migratoires qui secouent l'Union européenne en adoptant notamment le point de vue de la Grèce. 'Ce projet est profond, riche et complexe' décrit Adam Szymczyk, le directeur artistique de Documenta 14. Pour lui, cet événement 'offre quelque chose qui est totalement unique dans cette ville et pour beaucoup de gens qui viendront de très loin'. Tous les 5 ans, le monde de l'art se donne rendez-vous à Cassel. C'est dans cette ville du centre industriel de l'Allemagne que se sont jusqu'alors déployées chacune des treize éditions. Mais cette année, pour la première fois, Cassel partagera la vedette avec Athènes. Fondée en 1955, l'exposition cherchait initialement à réconcilier le public allemand avec l'art moderne, après la dictature nazie. Ouverture de la #documenta14 à #Athènes. 'Apprendre d'Athènes'? Les artistes grecs attendent de voir pic.twitter.com/veFG2ZzVSo- Charlotte Stiévenard (@CStievenard) 6 avril 2017
Emploi - Retraite
L’institut de statistiques européen Eurostat a publié le 3 avril une nouvelle étude sur le chômage au sein de l’Union européenne. Voici les 10 pays les plus touchés. 
Vidéos à la une
A une heure et demi d'Athènes, la petite ville de Livadia est devenue le havre de paix de près de 300 réfugiés syriens. Grâce à un financement de la Commission européenne et à la gestion de l'agence onusienne des Droits de l'Homme, un programme d'hébergement a vu le jour pour les demandeurs d'asile et les candidats à la relocalisation. Depuis fin décembre, Hanan et sa famille habitent Livadia, ils ont eu la chance d'obtenir un appartement et 500 euros par mois. Hanan en est reconnaissante, elle cuisine aujourd'hui pour une occasion spéciale : ''Maintenant, nous avons une vie normale, comme les autres gens. Tout est bien ici. Mes enfants vont à l'école, ce n'est pas l'école que je voulais, mais c'est une école. J'ai un toit, une cuisine, je peux aller à la salle de bains. j'ai une vie normale.' Le petit Ahmad est né dans le camp de réfugiés de Ritsona il y a 9 mois. Ils y ont passé 9 mois, dans une tente, aujourd'hui, ils tentent tous d'oublier cette période, d'oublier Idilb et la guerre pour planifier leur avenir. ''J'ai des amis en Irlande, ils m'aident pour que je puisse les rejoindre. J'ai déjà obtenu la permission du commissariat de l'ONU pour les réfugiés d'aller en Irlande. Je ne sais pas quand nous irons. Cela peut prendre deux ou trois mois, donc on patiente'', explique Youset Hanash. Il est temps pour la famille Hanash de quitter la maison pour rejoindre un pique-nique organisé par la ville. Ces rencontres permettent aux 52 familles actuellement accueillies de se retrouver. A ce jour, la ville de Livadia héberge 294 réfugiés, seulement des familles. Au total, 70 appartements pourront accueillir 420 demandeurs d'asile en 2017. La maire de la ville Yiota Poulou estime que la ville a beaucoup gagné et appris avec ce projet : ''[Livadia] est une ville modèle qui accueille les réfugiés et leur offre des conditions de vie décentes. Nous croyons en la solidarité. En même temps, la ville en tire des bénéfices économiques. Et en cette période de crise, en 2017, 1,2 million d'euros renforcent notre économie locale. C'est très important.' Alors que de jeunes grecs et de jeunes réfugiés jouent au foot, les plus petits doivent aller à l'école. Les enfants grecs et réfugiés suivent les cours de sport et de musique ensemble, mais les petits Syriens ont des cours particuliers de Grec. A l'école primaire Niki Stregiou enseigne le grec aux 83 petits réfugiés. Elle a gagné leur confiance, mais au départ, il y a trois mois, ce n'était pas évident, comme l'explique l'institutrice Niki Stergiou : ''Les premiers jours, la situation était chaotique dans la classe. Ils avaient l'air de ne pas écouter, de ne pas me respecter. Ils ne pouvaient pas comprendre que j'étais leure professeure, qu'ils devaient suivre des règles. Quand ils étaient en colère ou que certains se battaient, d'autres prenaient leurs cartables et partaient. Ils escaladaient le mur, ils essayaient de s'échapper.' Et notre journaliste Apostolos Staikos de conclure depuis l'école de Livadia : 'pour beaucoup d'enfants réfugiés, c'est la première fois qu'ils vont à l'école. Ils apprennent en plus une langue dont ils ne connaissaient pas l'existence. Ils vivent dans un pays, qui est supposé n'être qu'une étape vers le nord de l'Europe. Mais, avec le soutien de la communauté locale, ils ont construit une nouvelle vie.'
Vidéos à la une
En attendant la conclusion d'un accord décisif sur la dette grecque entre Athènes et ses créanciers, ce sont les retraités qui font de nouveau monter la pression. Mardi, des milliers d'entre eu sont redescendus dans les rues de la capitale grecque pour dénoncer une nouvelle coupe dans les pensions...la douzième baisse consécutive en sept ans. Ces retraités sont furieux : 'Hormis les personnes handicapées, tout le mondre devrait descendre dans la rue, explique cette manifestante. Car les créanciers vont demander d'autres coupes. C'est un tel appauvrissement que vous réfléchissez à deux fois avant d'acheter un yahourt.' _'Ils nous coupent nos pensions au moment même où ils nous disent qu'ils pourraient nous donner un coup de pouce, dit ce retraité. Non seulement ils ne nous donnent rien mais ils abaissent encore plus nos pensions'. _ Grèce : les espoirs de croissance douchés en pleine négociation avec l'Europe et le FMI >> https://t.co/QLU0E5iHDK #dette #grece #cqcc pic.twitter.com/dyAtktXhrc- Raphaëlle Laurent (@gRaphParis) 10 mars 2017 En échange d'une nouvelle tranche d'aide financière, le gouvernement d'Alexis Tzipras a accepté de nouvelles baisses des pensions d'ici 2018. Une décision qui pourrait affaiblir un peu plus encore la majorité au Parlement. Avec Agences
Vidéos Argent/Bourse
Le nom de Vasilis Kikilias, le porte parole du parti grec Nouvelle Démocratie, figurait comme adresse d'expéditeur sur le paquet piégé qui a été reçu hier par le FMI à Paris. Une fausse adresse bien-sûr, car l'on sait maintenant que c'est un groupe anarchiste, la Conspiration des Cellules de Feu, qui a envoyé les deux bombes artisanales au FMI et au ministère des Finances allemand. Mais selon le ministre adjoint grec de la Protection civile, Nikos Toskas, il n'y a 'aucun signe' de colis piégé supplémentaire, assurant aussi que l'équipement de contrôle à l'aéroport d'Athènes, récemment acheté à l'Allemagne, était 'le meilleur en Europe'. Dans les bureaux du FMI à Paris, une employée a été blessée au visage et aux mains. En Allemagne, le colis a été repéré et confié à la police pour désamorçage. FMI, gouvernement allemand et troïka européenne sont souvent considérés en Grèce comme responsables des difficiles mesures d'austérité mises en place dans le pays depuis 2010. Conspiracy of Cells of Fire - Nemesis Project - Act 2 (Parcel-bomb attack against the Germa... https://t.co/F2lIBvuLBq #antireport #mpalothia- mpalothia (@JonnyAndroul) March 16, 2017
Vidéos à la une
Une personne a été blessée ce matin, au siège du Fond Monétaire International à Paris après l'ouverture d'un colis piégé. L'assistante du chef du bureau européen a en effet été blessée aux mains et au visage, lors de l'ouverture du dit colis. L'explosion s'est produite peu avant midi, dans les locaux de la représentation du FMI en France, située au 66 avenue d'Iéna, dans le 16e arrondissement de la capitale, non loin de l'Arc de Triomphe. 'Il semble que ce soit un engin pyrotechnique ou un gros pétard. C'est quelque chose de relativement artisanal. Ce n'est en rien une bombe', a expliqué le préfet de police de Paris, Michel Cadot. Ce mercredi, un paquet similaire a été envoyé au ministère des Finances à Berlin, contenant des explosifs. Jugé suspect, il q été détriit avant d'avoir été ouvert par un employé. Un groupe anarchiste grec a revendiqué l'envoi du paquet explosif. Il affirme avoir envoyé le colis piégé 'au ministre des Finances allemand' dans le cadre d'un plan 'Nemesis' (justice en grec) visant 'le système de pouvoir'.
Vidéos à la une
Le XIXè festival du film documentaire de Thessalonique a décerné l'Alexandre d'Or au film danois 'Dream Empire' du réalisateur américain David Borenstein. 'Dream Empire' wins top prize at Thessaloniki doc festival https://t.co/jWs45fEhVG pic.twitter.com/CVmHpTwULF- Screen International (@Screendaily) March 13, 2017 'Dream Empire' est un documentaire sur le marché de l'immobilier chinois et ses excès. Le film montre notamment comment, dans une province du centre de la Chine, certains promoteurs utilisent des figurants pour convaincre les investisseurs de s'associer à leurs projets. Le jury a par ailleurs décerné une mention spéciale au film d'Angelos Rallis sur la communauté yézidie d'Irak. Le documentaire s'intitule 'Shingal, where are you'. Angelos Rallis : 'L'histoire du film suscite de vives émotions, de l'empathie envers les personnages. Je suis moi aussi le petit-fils d'un réfugié, c'est pour cette raison que cette question me touche autant.' Le directeur du festival Orestis Andreadakis explique avoir voulu accueillir cette année de jeunes réalisateurs. Orestis Andreadakis : 'Nous avons ajouté cette année une section international pour les jeunes réalisateurs qui signent leurs premiers ou seconds films. Avec le public très connaisseur de Thessalonique, c'est l'endroit idéal pour présenter leurs documentaires. Nous avions aussi ajouté une section pour les documentaires culinaires.' En marge des projections, plusieurs réfugiés ont cette année été invités à partager leur cuisine avec les festivaliers dans un banquet qui saluait le rapprochement des peuples via les arts de la table. L'Angence des Nations Unies pour les réfugiés s'est associé à cet évènement. 'Ce festival du film documentaire permet d'aborder les questions globales les plus actuelles via les meilleures productions du moment' estime l'envoyé spécial d'Euronews à Thessalonique Yorgos Mitropoulos. 'Les films modifient notre perception de la vie, de l'environnement et des politiques.'
Vidéos à la une
Affrontements à Athènes entre agriculteurs venus principalement de Crète et forces de l'ordre. Ils ont eu lieu en marge d'une manifestation devanbt le ministère de l'agriculture contre l'augmentation des cotisations sociales et de l'imposition de leurs revenus. Manolis Orfanoudakis préside une association d'agriculteurs crétois : 'En un mot ? c'est la catastrophe, une catastrophe on ne peut plus rien produire, les coûts de productions sont très élevés, on ne peut plus faire des produits qui ne sont plus compétitifs sur le marché et que les consommateurs veulent acheter.' Yiannis Klironomou, agriculteur : 'Ils doivent changer la réforme des impôts et des retraites pour aider le secteur afin que nous puissions travailler. Mais ils ne veulent pas que nous travaillons, ils veulent nous tuer, ils veulent nous faire sortir de l'Europe.' La Grèce reste sous la tutelle de ses créanciers pour la huitième année consécutive depuis l'éclosion de la crise de la dette et l'imposition d'une stricte rigueur en contrepartie des versements des prêts internationaux. Depuis la semaine dernière, les hauts représentants des créanciers sont à Athènes pour négocier un nouveau train de mesures.
Vidéos à la une
L'accord migratoire entre l'Union européenne et la Turquie a permis de réduire fortement les arrivées de migrants en Grèce. Toutefois, près de 14 000 réfugiés sont toujours bloqués sur cinq îles grecques de la mer Égée. Mais les ressources économiques de ces territoires souffrent de la réponse des États membres à cette crise. Pour le maire de Chios, Manolis Vournous, " les conséquences sont désastreuses financièrement et socialement ". Selon lui " cet accord fonctionne pour l'Union européenne, probablement pour la Turquie, mais pas pour les communautés locales ". .JunckerEU Avramopoulos with mayors of Aegean islands #Lesvos #Chios #Samos #Kos #Leros, symbols of EU solidarity. pic.twitter.com/RvRH9gc11d- Margaritis Schinas (@MargSchinas) 7 mars 2017 Alors que la haute saison touristique va bientôt débuter, les maires des cinq îles cherchent le soutien de la Commission européenne. En réponse, le Commissaire chargé de la Migration, Dimitris Avramopoulos, annonce des facilités de visa pour " les citoyens turcs qui se rendront sur les îles pour quelques jours ". Selon l'Organisation internationale pour les migrations un peu moins de 20 000 personnes ont rejoint depuis le début de l'année l'Europe par la mer.
Vidéos à la une
La police grecque dévoile les images du laboratoire de captagon découvert vendredi à Athènes. 635 000 pilules de cette drogue synthétique, dite 'drogue des djihadistes', ont été saisi, ainsi que du liquide et des armes. Cette méthamphétamine est tristement populaire au Moyen-Orient parce qu'elle est utilisée par de nombreux combattants du groupe Etat islamique. Les enquêteurs ne savent en revanche toujours pas si les pilules étaient destinées au marché grec.
Vidéos à la une
La Grèce n'a finalement pas renoué avec la croissance en 2016. Selon l'Office grec des statistiques, Elstat, son produit intérieur brut a fondu de 1,2% au quatrième trimestre, trois fois plus qu'estimé en février. Greece's economy has suffered its worst quarter since 2015, contracting by 1.2% at the end of 2016 https://t.co/KGyHFDbWOJ pic.twitter.com/LYhYAypaE9- Financial Times (@FinancialTimes) 6 mars 2017 La consommation s'est révélée plus faible qu'attendu sur la période, en recul de 1,1% par rapport au troisième trimestre. Les importations ont elles augmenté de 4,5% tandis que les exportations déclinaient de 1,4%. Ainsi, avec un PIB en repli de 0,05%,le pays accuse sa huitième année consécutive de croissance négative. #Grèce Les stats grecs dissipent l'espoir retour à la croissance en 2016. Au lieu +0,3% (1eres estimations), données révisées donnent -0,05- Catherine Boitard (@catboitard) 6 mars 2017 Mauvais timing Une claque pour le gouvernement. Toutefois le Premier ministre, Alexis Tsipras, préfère regarder vers l'avenir. 'Pour l'année en cours, les prévisions montrent que l'économie grecque va enregistrer des taux de croissance exceptionnellement élevés après de nombreuses années de récession, les plus hauts de la zone euro,' a-t-il assuré. Evoquant les négociations en cours avec ses créanciers internationaux, il a ajouté : 'il est clair que, quand bien même ils voudraient freiner les négociations au niveau technique, il ne peut y avoir de retour en arrière. La Grèce a déjà tourné la page.' Athènes tente d'obtenir de ses créanciers divisés son maintien sous perfusion financière internationale jusqu'en 2018. Le Fonds monétaire international estime que les projections européennes sont trop optimistes à moins d'un allègement de la dette grecque, ce que refuse Berlin, ou de davantage d'austérité. Greece resumes bailout talks with EU, IMF to secure crucial bailout funds https://t.co/fCWTrjxo07 pic.twitter.com/UzIVwl4wBK- AFP news agency (@AFP) 28 février 2017
Vidéos à la une
Le Premier ministre français est à Athènes pour apporter son soutien à son homologue grec Alexis Tsipras. Bernard Cazeneuve a exprimé aujourd'hui sa " confiance " dans la capacité de la Grèce à sortir de la crise, alors qu'Athènes a rouvert mardi des négociations avec ses créanciers afin d'obtenir un accord sur un allègement de sa dette. Encourageante, la France salue les performances grecques tant en matière d'ajustement budgétaire que de retour à la croissance. " Les résultats des réformes engagées, des efforts faits, sont là. Ils sont spectaculaires ", a déclaré Bernard Cazeneuve. " Vous savez pouvoir compter sur la détermination et la solidarité de la France. " Entretien avec le Premier ministre grec tsipras_eu aujourd'hui à Athènes pic.twitter.com/KVjeoGdoBT- Bernard Cazeneuve (BCazeneuve) 3 mars 2017 Alexis Tsipras pense qu'un accord avec l'Union européenne et le FMI pourrait intervenir d'ici à la fin mars. Un accord pour rester sous perfusion financière et espérer sortir de la crise. Mais au prix de quelles concessions, là est la question. " Face à une vague de grèves et à des sondages d'opinion en berne, le gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras espère beaucoup du soutien du gouvernement socialiste français ", explique notre envoyé spécial Stamatis Giannisis. " Un soutien pour obtenir un accord avec les créanciers de la Grèce en vue d'atténuer l'austérité qui tourmente les Grecs depuis maintenant sept ans. "
Vidéos à la une
Les médecins des hôpitaux publics étaient en grève ce jeudi en Grèce. Ils ont manifesté, notamment dans les rues d'Athènes. Les praticiens protestent contre de nouvelles mesures d'austérité qui devraient toucher le système de santé. Leurs pensions de retraite sont amenées à diminuer et leurs cotisations devraient augmenter. D'après eux, les hôpitaux publics sont au bord de la rupture entre manque de médicaments et baisse des effectifs. 'On ne pas se dire que ce qui est perdu est perdu. Nous allons nous battre pour récupérer nos droits et nous serons en alerte face aux nouvelles charges que ce gouvernement entend mener contre nos revenus', indique Afrodite Renziou, médecin dans un hôpital public d'Athènes. L'un de ses collègues, Gerasimos Roubis, ajoute : 'Nous les médecins, nous sommes aussi victimes des ravages de la crise économique avec ces créanciers de la Grèce qui demandent une baisse de nos salaires. Notre seule option, c'est de nous unir au reste de la population et de contre-attaquer'. 'Sept années de crise économique ont sévèrement touché le système de santé qui souffre d'une dégradation de ses services et d'une baisse sensible du nombre de médecins. Les jeunes praticiens, en particulier, cherchent de meilleures conditions de travail dans d'autres pays de l'Union européenne', conclut Stamatis Giannisis, du bureau d'euronews à Athènes.
Vidéos à la une
Les négociations entre la partie grecque et le quartet de représentants de ses créanciers ont repris mardi matin à Athènes. Elles ont été débloquées lundi dernier après des semaines d'enlisement à cause d'un désaccord entre la zone euro et le FMI. Pendant ce séjour à Athènes, les négociateurs doivent tenter de finaliser les mesures que la Grèce s'est engagée lundi dernier à voter par avance pour 2019, se pliant à une exigence avancée par le FMI, qui juge trop optimistes les prévisions européennes sur l'économie grecque. La Grèce devrait consentir à une nouvelle baisse du seuil d'exemption fiscale et à de nouvelles coupes dans les pensions de retraite, déjà rabotées plus d'une dizaine de fois depuis le début de la crise en 2010. En cas d'accord rapide, la zone euro et le FMI pourraient alors boucler officiellement leur deuxième revue du troisième programme de prêts attribués à la Grèce. Le FMI n'a toujours pas décidé s'il y prenait part.
Magazine
Soirées au champagne, yachts, vêtements de créateurs, voitures de sport… Découvrez le train de vie hallucinant de ces jeunes Grecs richissimes, qui s’affichent sur Instagram.
Actualités
A partir de chiffres du dernier rapport mondial sur la compétitivité du World Economic Forum (WEF) pour 2016-2017, le site Business Insider France a pu établir le classement des pays les plus endettés du monde. En voici le top 10.  
International
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, en visite mardi dans un village massacré par les troupes nazies en 1943, a dit vouloir faire "tout le nécessaire" pour obtenir réparation de l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.
Vidéos à la une
Ils sont huit. Huit d'anciens membres de l'armée turque qui ont fuit leur pays samedi lors du putsch manqué contre les autorités d'Ankara. Des gradés, il s'agit de deux commandants, quatre capitaines et deux sergents, arrivés en hélicoptère à Alexandroupoli, une petite ville grecque à quelques kilomètres de la Turquie. Ils viennent de déposer une demande d'asile en Grèce. Greek state tv says a Turkish helicopter landed in #Alexandroupoli,AFP says 8 ppl in the helicopter requested asylum pic.twitter.com/zc4GNuoY8i- CNN Türk ENG (@CNNTURK_ENG) 16 juillet 2016 Bien qu'ils se défendent d'avoir pris part à la tentative de coup d'Etat Ankara les considère comme des putshistes, leur sort a donc pris un tour hautement politique. Mardi après-midi, l'ambassadeur de Turquie en Grèce a réaffirmé la détermination de son pays à obtenir leur extradition, ajoutant qu'en cas de refus les relations bilatèrales pourraient en être impactées. Depuis plusieurs années les relations entre les deux ennemis héréditaires se sont pourtant améliorées. Dans la nuit de samedi, Alexis Tsipras a été prompt a condamner la tentative de putsch exprimant son soutien à un gouvernement 'démocratiquement élu'. Mardi, la demande d'asile est passée devant la Commission d'examen pour une première étape purement administrative. Les huit soldats ont évoqué des craintes pour leurs vies en cas de retour en Turquie. R.T Erdogan a menacé de restaurer la peine capitale. Elle était abolie depuis 2004.
Vidéos à la une
Des militaires turcs sont poursuivis pour entrée illégale en Grèce et violation de l'espace aérien. Ils sont arrivés samedi à Alexandroupoli, dans le nord du pays, après la tentative de coup d'Etat en Turquie. Ils ont demandé l'asile en Grèce. Ankara exige au contraire leur extradition. Euronews a joint l'une de leurs avocates, Ilia Marinaki, qui livre leur version des faits : 'Ils ont peur pour leur vie' dit-elle. 'Ils veulent l'asile car ils ont peur de rentrer en Turquie. Ils se sentent plus en sécurité ici. Ils ont pu parler à leur famille ce dimanche, elles vont bien et aucune menace n'a été proférée à leur encontre'. 'Ils disent ne rien savoir de la tentative de coup d'Etat', ajoute Ilia Marinak. 'Ils ont reçu l'ordre de transporter des blessés par hélicoptère et pendant qu'ils effectuaient leur mission, la police leur a tiré dessus. Ils ont appris alors qu'un putsch était en cours. Ils ont pris peur et se sont enfuis', poursuit l'avocate. Selon l'agence semi-officielle grecque Ana, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a parlé à Recep Tayyip Erdogan et lui a assuré que la procédure pour les demandeurs d'asile serait rapide, mais en accord avec le droit international et les droits de l'Homme. Des sources au sein du gouvernement grec estiment que la procédure pourrait prendre jusqu'à deux semaines.

Pages

Publicité