Un an après la "cuvée de redressement", l'ancien ministre de l'économie a reçu l’ancien ministre des Finances grec à la Fête de la rose. Ce dernier y a été reçu comme une star.

L’ancien ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, était l’invité d’honneur d’Arnaud Montebourg à l’occasion de la Fête de la rose. Le rendez-vous annuel des socialistes à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), appelé pour l’occasion "Frangy-en-Grèce", s’est déroulé dimanche sous une pluie battante.

"Je suis très fier d’accueillir un ancien ministre qui s’est battu contre l’austérité en Europe. Son témoignage est fondamental pour nous Européens et pour le futur que nous espérons. C’est un message envoyé à tous les dirigeants européens", s’est exclamé Arnaud Montebourg à la descente de voiture de l’économiste. 

Aucun élu socialiste du département n’était présent, ni même de frondeurs du PS. Seul Jerôme Durain, sénateur socialiste de Saône-et-Loire, Aurélie Filippetti, député PS de Moselle, et Jean-Luc Laurent, député MRC, avaient fait le déplacement.

La création d’un mouvement européen

 "L’Europe est dans une situation critique, les stratégies d’austérité mises en place par la Commission européenne et par les Etats membres, en particulier l’Allemagne, sont un échec  (…) Si malgré les votes des peuples, rien ne change, la colère des citoyens se portera vers les mouvements extrémistes antieuropéens", a expliqué Arnaud Montebourg.

A lire aussi - Yanis Varoufakis : l’ancien ministre grec, nouvelle star d’Internet

 "Je suis là parce que notre printemps d’Athènes a été écrasé tout comme le printemps de Prague (1968). Ce n’était pas par des chars, mais par des banques (…)  L'élite française est autant à blâmer que l'élite allemande, a précisé Varoufakis. Les diplômés des grandes écoles parlent de l'Europe comme d'un bien commun, mais dans la réalité ils sont prêts à sacrifier les intérêts de la majorité des Français pour leurs intérêts à eux et le reste de l'Europe devrait faire des sacrifices pour que la classe dirigeante française prospère. La France est le laboratoire de l'Europe, la Grèce pour des choses pas si bonnes, mais pour que la France continue à produire de bonnes choses, la France a besoin de l'esprit du printemps d'Athènes", a affirmé Yanis Varoufakis à la tribune.

Publicité
L'économiste souhaite fonder un mouvement européen en dépassant les frontières de la Grèce. En plus d'avoir discuté avec l’ancien ministre du Redressement productif, lui et Jean-Luc Mélenchon se sont entretenus avant que Yanis Varoufakis ne prenne son train pour la Fête de la rose. Par ailleurs, il a affirmé ce matin sur BFMTV ne pas savoir s'il se présenterait aux élections législatives dans son pays.

Vidéo sur le même thème - Montebourg : "J'enverrai une bouteille de cuvée du Redressement au président"