En un an, la fraude aux allocations chômage a considérablement augmenté, se portant à plus de 58 millions d'euros de préjudice. Tous les détails avec Planet.fr.

© AFP

Dans une enquête publiée ce lundi, Le Parisien révèle que la fraude aux allocations chômage a coûté pas moins de 58 millions d'euros en 2013 à Pôle Emploi, soit près de 50% de plus qu'en 2012. L'institution estime également le préjudice évité à 41,8 millions d'euros, selon Réjane Biolet, directrice prévention et lutte contre la fraude à Pôle Emploi. Elle explique au quotidien qu'"en 2012, la fraude subie s'élevait à 39,3 millions d'euros et celle évitée à 37 millions d'euros".

 

33 milliards d'euros distribués en 2013

Au cours de l'année 2013, Pôle Emploi a versé pas moins de 33 milliards d'euros d'allocations, et s'est efforcé de dénicher les allocataires qui ne déclaraient pas leur période de retour à l'activité ainsi que les chômeurs qui surestimaient leurs revenus en présentant de faux bulletins de salaires afin d'obtenir une allocation chômage plus élevée.

 

Publicité
Pour traquer ces fraudeurs, Pôle Emploi utilise plusieurs techniques, dont l'une, redoutable : l'Urssaf. En effet, désormais, les Urssaf envoient tous les jours à Pôle Emploi les déclarations préalables à l'embauche que remplissent les employeurs lorsqu'ils recrutent un nouveau salarié. Réjane Biolet explique que "aucun cadeau n'est fait aux fraudeurs, nous avons déposé 614 plaintes dont 236 au pénal en 2013 et les poursuites ne sont jamais abandonnées".

En vidéo sur le même thème : L'allocation chômage remaniée 

Publicité