L’avocat Georges Kiejman a annoncé jeudi 23 mai qu’un faussaire avait utilisé son identité professionnelle. Dans un courrier à l’Elysée, l’usurpateur aurait recommandé à François Hollande de vendre la Corse "afin de limiter le déficit budgétaire".
 

Une drôle de blague qui n’aura pas fait rire Georges Kiejman. En effet, il a très vite précisé qu’il envisageait de porter plainte aujourd’hui suite à cette "mauvaise plaisanterie".

"A défaut d’en connaître l’auteur, le faux est d’autant plus évident que le faussaire a cru bon de s’en excuser auprès de Maître Kiejman par une seconde lettre, toujours sur le même papier à en-tête et toujours avec une signature photocopiée", déclare son cabinet à l'AFP. Dans cette seconde missive, le faussaire s’excuse auprès de l’avocat, et se justifie en lui expliquant que c’était "la rançon de la gloire que d’être victime d’un usurpateur". Une blague qui aura été de courte durée donc, mais elle a fait son effet.

Publicité
En Corse, la boutade risque également de faire grincer quelques dents puisqu’en avril dernier, le débat sur le coût de l'île de Beauté avait ressurgit dans les médias locaux. Un article de Corse-Matin expliquait qu’en 2012, 3,59 milliards d’euros de l’Etat avaient été dépensés en Corse. De quoi faire monter les tensions entre les insulaires et les détracteurs de l’île.

© sramses177/Flickr

Publicité