Niveau des pensions, protection sociale, âge de départ… Les incertitudes concernant la réforme des retraites sont nombreuses. Pour calmer les angoisses, une ministre a décidé d'en dire un peu plus.

Retraite : tout mettre en place pour maintenir un "haut niveau de solidarité" ?

La réforme des retraites est un sujet qui angoisse tout une partie des Français. En témoigne le périple entrepris par la députée LREM Corinne Vignon : avec une trentaine d’autres élus de la majorité, elle doit expliquer l’action du gouvernement sur le sujet et calmer les inquiétudes qui battent le pays, rapporte le quotidien La Croix. Pour certains syndicats – qui s’expriment dans les colonnes du Parisien – le sujet est hautement inflammable. Susceptible de "mettre le feu" à la nation dans son ensemble, même. Face à toutes ces incertitudes, la ministre de la Santé et des Solidarités a tenu à communiquer.

"Nous maintiendrons un haut niveau de solidarité en reprenant les grands mécanismes qui, aujourd’hui, permettent de limiter les effets sur la retraite des aléas de vie et de carrière", a récemment déclaré Agnès Buzyn à l’occasion d’un colloque organisé Palais bourbon. "La retraite, c’est avant tout une protection sociale et la promesse que chacun de nous aura les moyens de vivre correctement lorsque nous quitterons la vie active", a ajouté la ministre.

Publicité

Plus que ça, la ministre a estimé possible de "faire plus et mieux", rapporte l’AFP, dont les informations sont reprises par Libération. Agnès Buzyn souhaite en effet une "attribution de points qui augmentera directement la pension" à chaque enfant et un "minimum de pension plus lisible". Celle-ci doit permettre de "garantir un niveau de pension satisfaisant à celles et ceux qui auront travaillé toute leur vie avec de petits revenus".

Publicité

Réforme des retraites : un sujet explosif qui effraie l’exécutif ?

Cet important chantier sur lequel travaille le gouvernement depuis de nombreux mois déjà fait partie des promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat disait vouloir mettre en place un système "universel" dans lequel chaque euro cotisé apporterait les mêmes droits à l’ensemble des citoyens.

Pour autant, la réforme a été maintes fois repoussée. Tant et si bien que le texte du projet de loi n’est pas attendu avant les élections européennes qui se tiendront courant mai 2019. "Le gouvernement ne veut surtout pas polluer la campagne avec un sujet aussi explosif que la réforme des retraites, qui risquerait aussitôt de se traduire dans les urnes", soulignait en octobre 2018 un responsable syndical.

"Emmanuel Macron est logiquement effrayé. Comme le serait n’importe quel autre président dans sa situation. Chaque réforme des retraites et une réforme particulièrement délicate à mener", expliquait d’ailleurs le politologue Raul Magni-Berton dans les colonnes de Planet.

Vidéo : Retraite complémentaire : cette très mauvaise nouvelle qui vous attend pour 2019