D'ici quelques mois, à peine, certains retraités devront mettre en oeuvre certaines démarches pour continuer à percevoir l'argent que leur doit l'Etat. Tous, cependant, ne sont pas concernés par cette évolution d'une norme déjà existante.
IllustrationIstock

 

Pension de retraite : ces assurés qui vont devoir prouver qu’ils sont encore en vie

En France, chaque assuré(e) peut prétendre à une pension de retraite, passée la cessation d’activité. Toutefois, pour en toucher l’intégralité, il leur faudra - pour certains d’entre eux - entamer des démarches spécifiques. Celles et ceux vivant à l’étranger devront en effet prouver qu’ils sont encore en vie, rapporte Le Figaro.

En pratique cette obligation n’est pas une nouveauté poursuit le quotidien. Chaque année, les retraités qui résident par delà les frontières de France doivent assurer aux autorités compétentes qu’ils ne sont pas mort et que l’argent que leur verse l’Etat ne finit pas au fond des caisses d’un escroc. Cependant, les modalités concernant le certificat d’existence changeront d’ici quelques mois. Dès octobre 2019, les retraités exilés devront passer par la plateforme internet pour remplir le formulaire associé.

Concrètement, il faudra d’abord télécharger le document, puis "le faire signer par une autorité locale compétente” et enfin l’envoyer via la plateforme, souligne le journal. Celles et ceux qui sont plus à l’aise avec la poste pourront toutefois procéder via le courrier, mais l’adresse demeure encore inconnue. Toujours est-il qu’elle sera unique, dans l’idée de simplifier les démarches. "La mutualisation de la gestion des certificats d’existance répond à des attentes fortes pour tous les bénéficiaires d'une pension française résidant à l'étranger, dans un objectif de simplification", détaille Stéphane Bonnet , directeur de l'Union Retraite.

Si le retraité s’affranchit de l’obligation d’envoi, sa pension ne sera pas versée.

Pension de retraite : à qui faut-il faire signer le certificat de vie ?

Comme le précise Le Figaro, le certificat de vie - aussi appelé certificat d’existence - ne peut-être signé que par certains représentants de l’ordre. Il s’agit des autorités locales ayant été désignées aptes auprès des caisses de retraite. Les consulats, a rappelé le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ne sont compétents que dans le cas d’un litige.

C’est précisément parce que de nombreuses familles se seraient lancées dans des fraudes aux retraites que le certificat de vie est devenu si important. Sous Nicolas Sarkozy, le ministre du travail avait d’ailleurs pris un dispositif pour contrôler les exilés, en accord avec le rapport de la Cour des comptes dont Le Figaro reprend les informations. C’est la propension d’un certains nombre d’Etats à recueillir des sommes considérables de centenaires ayant travaillé en France qui a mis la puce à l’oreille du gouvernement.

Vidéo : Retraite complémentaire : cette très mauvaise nouvelle qui vous attend pour 2019

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.