Augmentation des cotisations, malus… Avec la fusion des régimes de retraite complémentaires du privé à venir, de nombreuses évolutions sont à prévoir. Et il n'y a pas de quoi se réjouir.
Istock

Réforme des retraites : les salariés du privé dans le collimateur

Capital s’en fait l’écho. Dès le 1er janvier 2019, un nouveau régime unique de retraite complémentaire sera mis en place pour les salariés du privé. Il s’agit du fameux régime Agirc-Arrco qui remplacera donc les anciens régimes du même nom. Très concrètement, cela signifie que l’ensemble des salariés du privé (les cadres comme les non cadres) ne disposeront plus que d’un seul régime complémentaire obligatoire. Lequel devrait reprendre les droits qu’ils ont acquis au fil des ans grâce aux deux régimes existants. Sauf que cette fois, il s’agira d’un régime par répartition qui fonctionnera par points.

A lire aussi : Retraite : ce que vous devez toucher pour vivre convenablement

Et que le montant de la retraite obtenu dépendra du nombre de points acquis durant toute votre carrière. Le problème, ce n’est pas tant cette réforme, mais bien les conséquences de celles-ci. Lesquelles pourraient bien être à l’origine de quelques désagréments financiers pour les premiers concernés : les salariés.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.