Prenant en compte la théorie du suicide, les experts ont dû revoir la trajectoire de l'avion et donc déterminer une nouvelle zone de recherche.
© AFP

Suite à de nouveaux calculs relatifs à la trajectoire de l’appareil, les recherches, qui ont repris ce vendredi, se font dans une zone nouvelle. Le Boeing 777 serait alors tombé en panne de carburant au-dessus de l’Océan Indien plus tôt qu’estimé ce qui a pour conséquence la réorientation de la zone d’investigation.

Située à 1100 kilomètres au nord-est de celle qui était explorée jusque-là, la zone s’étend sur 319.000 km2 et se trouve à 1850 km de Perth, soit plus proche des côtes australiennes de 650 km.

"Les nouvelles informations dont nous disposons se fondent sur l'analyse continue des données radar entre la mer de Chine méridionale et le détroit de Malacca" a alors indiqué l’AMSA, l’agence australienne de sécurité maritime qui supervise les recherches.

Le gouvernement japonais a également indiqué aujourd’hui qu’une dizaine d’objets flottants ont été repérés par un de leurs satellites à 2500 km des côtes de Perth. Ceux-ci s'ajoutent aux 300 débris repérés hier par un satellite thaïlandais, toujours dans le même secteur, au large de la ville australienne. Disparu des radars depuis le 8 mars, l'avion aurait percuté la surface de l'Océan Indien selon les autorités malaisiennes. 

Vidéo sur le même thème  - Les dernières images du contrôle de sécurité des pilotes du Boeing disparu 

Vidéo : Boeing 777 disparu : les dernières images des pilotes avant le vol

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.