En plein acte, par un coup de bûche... Ces personnages de l’Histoire qui ont raté leur mortCreative Commons
Dans un livre intitulé 40 morts à la con de l'Histoire (Editions de l'Opportun), Dimitri Casali et Céline Bathias reviennent sur des morts assez ridicules de l'Histoire, avec des illustrations hilarantes de Herlé. Découvrez un florilège des plus marquantes.
Sommaire

Même un grand Homme ne choisit pas sa mort. Si l'Histoire a retenu les succès de ces hommes, elle se souvient aussi de leur mort... Attila, Cyrano de Bergerac, Pierre Curie... Tous sont morts bêtement, parfois parce qu'ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment. Découvrez les 10 morts les plus bêtes de l'histoire de France.

Félix Faure : la fellation fatale

Dans 40 morts à la con de l’Histoire, la sortie de scène la plus comique est probablement celle de Félix Faure. Peut-être connaissez-vous le nom de celui qui fut président de la République de 1895 à 1899 grâce à une station de métro ou grâce à une belle avenue ? Ou peut-être pour sa mort qui l’a rendu célèbre, plus que son mandat ?

Le 16 février 1899, Félix Faure avale un aphrodisiaque à base de quinine pour recevoir comme il se doit sa maîtresse Marguerite, épouse volage du peintre Alfred Steinheil. Mais quelques minutes après le début de la séance, le président succombe de la fellation prodiguée par son amante. Georges Clémenceau proclame après cette mort : "Il voulait être César, il ne fut que Pompée".

Attila : les noces pourpres

Attila est connu de tous comme le chef des Huns, un combattant sanguinaire et redouté. En 453, alors qu’il a déjà eu plus de cent femmes, il décide de se marier avec Idilco, une véritable beauté de 16 ans. Après la cérémonie, les jeunes mariés s’isolent pour savourer leur nuit de noces.

Ne voyant pas réapparaître leur chef des heures plus tard, les proches d’Attila enfoncent la porte et le découvrent raide mort, le visage en sang mais sans blessure apparente. Le chef barbare aurait succombé d’une crise d’apoplexie hémorragique.

Cyrano de Bergerac : le coup de bûche

Cyrano de Bergerac est devenu célèbre grâce à la pièce de théâtre d’Edmond Rostand. Mais il a réellement existé : "Faux gascon, mousquetaire manqué, poète à ses heures, libre penseur et écrivain maudit, Hercule Savinien Cyrano de Bergerac a vraiment tout essayé", écrivent Dimitri Casali et Céline Bathias dans leur livre.

En 1654, alors qu’il regagne l’hôtel de son protecteur le duc d’Arpajon, la lourde poutre de bois d’un échafaudage lui tombe sur la tête. Attentat ou simple accident ? Le mystère reste entier.

Henri III : mort sur "son trône"

Henri III, fils de Catherine de Médicis et d’Henri II, devient roi de France en 1574. Le 1er août 1589, il reçoit la visite de Jacques de Guesle, procureur général du parlement de Paris, et du moine dominicain Jacques Clément.

Ce dernier le frappe d’un coup de couteau, alors que le roi lit son courrier, tranquillement assis sur sa chaise percée. Le dernier des Valois, valeureux combattant et souverain depuis la guerre de Cent Ans, s’éteint des suites de la blessure qu’il a reçue sur le pot.

Pyrrhus d’Epire : la tuile fatale

Pyrrhus d’Epire, grand chef de guerre né en 318 avant JC en Grèce, a marqué l’Histoire pour avoir réussi à faire trembler Rome. L’expression "une victoire à la Pyrrhus" signifie une victoire au coût dévastateur pour le vainqueur. Mais Pyrrhus est également connu pour sa mort qui lui est tombée du ciel.

Se prenant pour Alexandre en envahissant la Grèce, il affronte en combat singulier Antigone Gonatas à Argos. Lorsque la bataille tourne à son désavantage, il décide de fuir mais une vieille femme lance une tuile depuis le toit de sa maison qui le frappe à la tête. Pyrrhus s’effondre en pleine rue. Ses assaillants en profitent pour lui trancher la tête.

Louis X : le choc thermique

Louis X dit "le Hutin", c’est-à-dire "l’entêté", est né le 4 octobre 1289. Il est le fils du "roi de fer" Philippe le Bel et de Jeanne de Navarre. Devenu roi de Navarre en 1305, il accède en 1314 au trône de France contre son gré : "Louis X fait tout pour retarder le sacre mais il faut bien s’atteler à la tâche".

Le 5 juin 1316, le roi dispute une partie de jeu de paume dans les jardins du château de Vincennes sous une chaleur pesante. Exténué, il se rend dans la cave du château pour y boire du vin très frais. Le choc thermique est fatal : Louis X est pris d’une fièvre dont il ne se remet pas. Il meurt à 26 ans après seulement deux ans de règne.

Eschyle : la tortue tombée du ciel

Eschyle, né à la fin du VIème siècle avant JC, est un héros de la guerre contre les Perses. Il est surtout le plus ancien des trois grands tragiques grecs et le père de la tragédie moderne. On lui doit notamment les pièces Les Perses et L’Orestie.

En 456 avant JC, deux ans après son arrivée en Sicile, Eschyle meurt dans des circonstances mystérieuses. L’historien romain Valère Maxime raconte dans ses Actions et parolesmémorables qu’un aigle aurait fait tomber une tortue sur la tête chauve du dramaturge, comme il l’aurait fait sur une pierre pour la briser et manger la chair. Le choc a entraîné le décès d'Eschyle. Le témoignage est peu fiable mais la légende est restée jusque dans Horoscope de Jean de La Fontaine.

Charles VIII : la porte fatale

Charles VIII devient roi de France à 13 ans en 1483. L’enfant miraculé a depuis toujours été protégé par son père, le roi Louis XI. Nourri de romans de chevalerie, il tente de faire de son règne une période inoubliable.

L’Histoire retiendra surtout sa mort. Le 7 avril 1498, Charles VIII se rend à Amboise avec sa femme, la reine Anne. Le roi la précède pour lui montrer le chemin. Occupé à la distraire, il ne prend pas garde à une porte et se cogne violemment au linteau. Il succombe quelques heures plus tard.

Pierre Curie : l’étourdi

Pierre Curie est un physicien français connu pour ses travaux sur la radioactivité. Avec son épouse Marie Curie, il reçoit le prix Nobel de physique en 1903. Prêt à tout pour ses recherches, il n’hésite pas à mettre sa propre vie en danger.

Le 19 avril 1906, Pierre Curie sort sous la pluie du restaurant où il vient de déjeuner avec ses collègues. Ce jour-là, les rues de Paris sont très encombrées. Absorbé par ses pensées, le physicien ne prend pas garde à un fiacre : il passe entre les roues de la voiture et sa tête heurte la roue arrière. Le voilà "enfermé dans un rêve dont il ne peut sortir", écrit Marie Curie.

Tycho Brahe : le péché de gourmandise

Tycho Brahe est un brillant astronome danois, auteur d’un relevé d’environ 777 étoiles et d’une étude très importante du système solaire. Il est cependant moins connu que Kepler, qui était son assistant.

Le 13 octobre 1601, il dîne avec l’empereur Rodolphe II. Le dîner est extrêmement long et Tycho Brahe, trop occupé à manger, ne pense pas à uriner. Le 24 octobre, après des jours de souffrance, il succombe d’un calcul ou d’une septicémie provoquée par le fait de s’être trop longtemps retenu d’uriner. D’où l’expression tchèque pour parler d’une envie pressante : "Je ne veux pas mourir comme Tycho Brahe".

Retrouvez tous ces personnages et bien plus encore dans 40 morts à la con de l'Histoire de Dimitri Casali et Céline Bathias.